Créer mon blog M'identifier

Cinq ans.

Le 27 March 2019, 08:12 dans Humeurs 0

Cinq ans déjà. 

Cin ans qu'un jour de mars, en l'occurrence le 27 exactement d'une certaine année 2014, que sur un coup de tête j'ai décidé de venir ici essayer de bloguer. Pas sur un coup de tête, plutôt sur une idée  originale et inspirante de mon ange qui veille depuis ma naissance, depuis mon premier souffle. Je vous le promets. Jamais je n'aurais trouvé cette idée là seule, jamais. Aurais-je osé sans son insistance? Rien qu'en vous confiant cela un sourire se dessine sur mes lèvres, créer un blog, dis-donc je n'avais peur de rien!

Je n'avais plus d'ordi depuis un moment déjà, un smartphone a fait l'affaire pour les premiers articles qui n'en étaient pas, un assemblage de mots plutôt, oui, comme lors des premiers pas hésitants d'un enfant. Pourtant je ressentais un appel venu de très loin, un puissant appel qui me demandait de me mettre en scène ici, mettre en scène un bout de ma vie comme un témoignage essentiel de ce que je devais laisser ici sur le sens que je donnerais à ma vie à travers mon vécu.

Si vous n'avez pas compris, ne cherchez pas, moi-même je n'ai toujours pas saisi!

D'ailleurs je l'avais oublié, relégué au rang des souvenirs sans importance de ce cher vécu qui me tient tant à coeur, c'est en voyant la date de ce jour par hasard, ce fameux hasard dont je n'en crois rien, que tout à coup çà a fait tilt dans ma tête! Cinq années s'étaient écoulées depuis mes premiers mots titubants mais si vrais, des mots si souvent habités et inspirés par l'Invisible qui rythme ma vie ici bas et qui a une place de choix dans mon coeur.

Je me devais de venir ici les célébrer.

Simplement, naturellement, rendre grâce pour les bienfaits procurés par eux, ces mots magiques, savoir reconnaître combien ils m'avaient réanimée, reconstruite, régénérée et rendue folle de joie! Le rire qui m'avait déserté depuis des années, avaient repris possession de mon corps, je n'exagère pas, sous son impulsion tout revivait en moi, et j'en étais si secouée que je tombais de ma chaise volontiers en écrivant certains articles!

Articles, non mais suis-je sérieuse là, les journalistes écrivent des articles non? Pas qu'eux, pas que, les mots s'invitent chez qui ils veulent, ils nous désignent, peu importe nos costumes, maman au foyer, entrepreneur, médecin, banquier, qui que nous soyons ici, nous ne sommes plus, avant tout nous sommes des âmes dans un corps qui expérimentons la vie sur terre!

Des locas-terre, nous ne possédons rien que notre mémoire dont nous ignorons toute l'étendue, je crois bien, notre seule richesse demeure dans l'expérience de vie que nous sommes venus faire ici, je persiste à croire!

Les mots ont ressuscité cette part enfouie en moi qui est à l'origine de ma venue sur terre, l'appel puissant de l'écriture qui m'avait déjà sauvée quand adolescente pour ne pas me perdre plus que çà, j'avais tenu un cahier sur toutes les transformations de  mon corps et de mes pensées et que cela était devenu le cahier rouge le plus important de mon existence alors! Me reconnaître et me retrouver grâce aux mots que j'ai pu poser sur mes ressentis, incroyable thérapie que j'avais oubliée peu à peu face à l'urgence d'une existence prenante et galopante, dirais-je!

Pourtant en ce jour de 2014, lorsque l'idée d'un blog ne me quitte plus, je me raisonne, je me dis que je n'ai rien à dire, ni à écrire vraiment, sur quoi? Je ne tricote plus depuis des années, je ne brode plus non plus sauf dans mes histoires racontées à moi seule, je ne travaille plus depuis quelque temps, mes enfants sont grands, non vraiment mon existence n'a aucun conseil à donner de son expérience, je ne vois pas, j'ai beau chercher...

C'est un livre, oui un livre comme d'habitude qui aura le dernier mot! Je tiens à rappeler que les livres comptent double dans mon expérience de vie, ils sont mes guides en tout! Donc un livre de Grégoire Delacourt, "la liste de mes envies", que je relis ou dont je croise le regard pour être précise qui va faire toute la différence! Grâce à ce livre qui me suggère des choses folles, je vais y croire suffisamment et finalement créer ce blog.

Bien sûr que cinq années plus tard je pourrais vous dire que cela n'a rien changé dans ma vie, d'apparence du moins, mais cela est  faux! Archi faux! Tout a changé du tout au tout! Mes mots ont si bien ressuscité celle que je suis d'origine, celle qui est reliée à l'Univers, qui aime comme si sa vie en dépendait depuis petite et qui ne vit que pour cela, qui cherche dans le regard de l'autre le pourquoi des rencontres ici bas et qui sait qu'un seul mot assorti d'un sourire sincère fait toute la beauté d'une journée. Mes mots jetés sur une page qui était à moi, ont eu le don de me rappeler qui je suis, de me redonner l'impatience de vivre qui me faisait défaut alors, je ne l'oublierai jamais, c'est sûr.

Surtout, surtout, ils m'ont rappelé l'importance de vivre et d'aimer la vie dans tous ses états, d'aimer simplement en toute circonstance, choisir l'amour et ne pas le reprendre même si parfois ceux qui m'entourent pourraient hélas croire le contraire. Vivre en ne me perdant pas de vue, me garder en point de mire et me dire que je compte triple dans cette histoire sur terre, une histoire originale non revue non corrigée, mais en évolution constante à travers un apprentissage infini.

Une vie.

Be strong et .....aime!

Le 27 February 2019, 15:48 dans Humeurs 0

Sois forte et aime! Aime sans détour, sans regrets et infiniment, jusqu'à l'infini comme dit Buzz l'éclair!

Parfois je crois entendre ma petite voix me dire cela, alors je me demande qui je suis et pourquoi je suis ici....

Tant de questions resteront sans réponse, je me dis encore pendant que je me cherche, que je cherche au fond de moi quand une drôle de sensation me serre le coeur, comme une main glacée qui me parle de la frontière ténue entre la vie et la mort et que je fouille en moi. La vie me demande t-elle de répondre aux questions? Pas forcément...

Une vie. Qu'est-ce une vie? 

Pas la vie d'une héroïne ni celle d'une star, non une vie simple de quelqu'un qui rit, souffre et vibre au rythme de sa vie. Simple? Non pas si simple justement!

Vivre, rien que d'écrire ce mot c'est comme si je l'habitais, un mot intense qui me parle de pulsions qui animent, qui nous transportent ou qui nous broient selon ce que l'on vit, tantôt seuls, tantôt accompagnés mais toujours suspendus au fil de la vie. Que suis-je venue accomplir ici?

C'est une enquête entre moi et moi, une quête plus précisément de moi à ma voix intérieure, une histoire de vérité, comme si j'arrivais au bout de ce voyage et que tout m'était enfin dévoilé sur moi!

Une entreprise de grande envergure me répondrait-elle, l'amour en chantier depuis toujours elle me dirait en me montrant plusieurs étapes de ma vie...

L'amour? Mais n'était-ce pas ce que l'enfant que j'étais, voulait déjà donner, recevoir, pétrir, assembler et distribuer tel que je l'imaginais? Sans que jamais personne ne m'ait autorisée à parler d'amour, un mot tabou!

Un mot que j'ai dû apprivoiser, le faire danser dans mes poèmes que je créais pour me parler de moi, quand je ne me connaissais pas encore, un mot abstrait, interdit même...jusqu'à ce que enfin il berçât mon voyage ici bas.

Cependant, le voyage se fait long et fastidieux certains jours, je m'essoufle et même si je sais que je suis venue au nom de l'amour voyager au coeur de l'inconnu afin de me donner sans regrets, rattraper mes manques, saisir ma chance de vivre une vie encore, comme un jour d'école où j'aurais tout appris de ce qui me faisait défaut, j'avoue parfois trébucher et ne plus vouloir donner!

Tout reprendre, ne plus voir les liens qui n'espèrent que moi et ne pas tendre mes mains, les lier plutôt! Et aussi rester seule, ne pas me partager, ne plus me blesser le coeur ou le ventre ou l'âme.

Pourtant je sais que je suis ici pour aimer. Point.

L'amour ne se discute pas, il se distend, oui, il est en constante évolution d'un moment à un autre, il est et n'est pas, il ne peut être touché, il est l'énergie qui relie tous les êtres ici et aucune frontière n'y résiste, voilà ma conception de l'amour.

Il ne s'agit plus de compétitions puériles, de savoir faire et dire sur l'autel de nos vanités, il ne s'agit que de la simplicité d'un sentiment qui m'habite depuis toujours et que les uns et les autres ont voulu brader, brider, chaparder, en le niant parfois, en discutant sa sincérité, sa légitimité et sa pureté. Qui nous demande notre avis sur l'amour? Nous qui n'aimons rien .....que de donner notre avis sur tout justement!

Or pour ce qui est de l'amour, c'est un peu plus complexe, on l'a perdu en route j'estime! Déjà l'amour entre deux êtres est quasi éphémère de nos jours, oui un peu comme un kleenex je trouve! Si en plus je parle d'amour comme d'un précieux trésor que je suis venue redonner aux êtres qui croisent ma route, c'est de la folie pure et pourtant...je crois en cela ou du moins j'ai toujours cru que tout passe ici mais que seul l'amour demeure. Il se suffit à lui même me disait un poète que j'aime, et quand il me fait signe, je dois le suivre.

Aujourd'hui cependant, des questions surgissent dans mon esprit....

L'ai-je bien suivi jusqu'ici, ai-je marché dans ses pas sans trop attendre en retour? Je ne suis sûre de rien, sauf que d'une chose, vécue, aimer les autres c'est se rendre heureux, soi-même. Cela paraît simple vu d'ici.

Donner ce qui ne se mesure pas, un sourire, une émotion, une joie, peut me rendre heureuse. Sans me poser des questions sur ce que l'autre va en faire, sur ce qu'il va penser de moi, ni même ce que je suis supposée faire ou ne pas faire dans cette société où les conventions invisibles sont légions!

Non, aimer c'est ne plus avoir peur du regard des autres, c'est me dire que je suis ici pour accomplir cela. Obéir aveuglément à un ordre intérieur plus grand que moi!

Je sais la chance que j'ai ....

Le 10 December 2018, 08:49 dans Humeurs 0

Je sais la chance que j'ai d'être qui je suis.

Cette phrase n'est pas de moi mais d'un auteur que j'ai découvert depuis peu, Arun Gandhi qui n'est autre que le petit fils de Gandhi, je lis actuellement un de ses ouvrages qui s'intitule "Le pouvoir de la colère", et je peux juste dire que tout me parle dans ce livre, absolument tout! Déjà si je me suis procuré le dit ouvrage c'est que vraiment la colère m'habite depuis deux ans au moins et le reconnaître n'est pas si peu dire, la colère ne m'a jamais autant habitée depuis ces deux dernières années, je me l'avoue.

Pourtant je sais la chance que j'ai d'être qui je suis, je ne l'oublie jamais, jamais. 

C'est une chance inouïe, une chance formidable de le savoir, de posséder cette espèce de confiance en soi qui te fait dire et penser depuis presque toujours, en tout cas depuis petite pour moi, que oui tu sais qui tu es, oui tu aimes qui tu es. Oui, tu ne te compares pas aux autres et à leurs possessions mais tu t'inspires d'eux à l'occasion pour changer les détails de ta vie, tu partages tes idées volontairement avec ceux qui échangent avec toi aussi parce que tu as compris l'enjeu d'une vie, je crois, que oui.

Je crois que je peux répondre oui à toutes ces formules là, parce que la réussite ou le bonheur de l'autre, appelons cela comme on le souhaite, me fait du bien, oui du bien, comme si voir des êtres atteindre leurs rêves ne pouvait que me conforter en l'espérance de la vie ici. Et cela malgré le fait que les autres autour de moi aient du mal à croire que je puisse vraiment être cette personne. Le plus difficile pour moi n'est pas de les convraincre, de cela je ne m'étais pas rendu compte jusqu'à il y a deux ans justement, non le plus difficile fut de le découvrir je crois, découvrir que je devais prouver à ceux que j'aime que je suis cette personne. Ou pire encore, que depuis toujours on m'imagine différente.

Peu importe, ce que je sais de moi est plus important que ce que l'autre pense de moi.

Mon livre me l'a rappelé ce matin, je sais la chance que j'ai d'être qui je suis, et j'espère que c'est idem pour vous. Nous devrions tous être dans cet état là, se dire que l'on a une espèce de protection spéciale qui nous permet d'effectuer ce voyage insolite ici-bas, avec pour tout bagage, nous, notre esprit et notre coeur comme transmetteur d'intuition,  et pour véhicule notre corps si précieux. Et qu'ainsi parés, nous pourrons faire face au pire qui ne manquera pas sur notre route, comment faire si nous ignorons qui nous sommes?

Je ne dis pas que je suis parfaite, je dis simplement que savoir qui je suis est crucial, c'est à dire cette personne qui sait que toute vie a de la valeur, que toute vie est sacrée, qu'il n'y a pas de couleurs de peau, ni de différences entre nous, mais des fenêtres ouvertes pour partager nos valeurs et être surtout, être...des individus, des personnes qui sont ici pour apprendre jusqu'au bout l'humilité et l'amour.

L'humilité de me dire que toutes les vies ont la même valeur, comme me le dit mon livre,  formidable découverte qu'est ce livre, vraiment je vous le dis, pour moi, en tout cas. Toutes les vies ont la même valeur à mes yeux depuis toute petite, je sais cela je crois, me le répéter aujourd'hui au détour d'une phrase dans un livre, c'est un peu comme si ma vie se mettait à mon niveau pour me dire, "attends deux minutes je vais refaire tes lacets, n'oublie pas qui tu es, tu es déjà toi, tu sais ce que tu as besoin de savoir pour continuer à avancer, toutes les vies ne l'oublie pas ont la même valeur!"

Oui je la vois, ma vie, se baisser jusqu'à moi comme une maman le fait avec son enfant, j'aime être son enfant, parfois, je sens ses mains sur mes chaussures, son souffle sur mon visage d'enfant me dire que je sais qui je suis, avec tout l'amour dont elle est capable plus souvent que je ne le crois. 

Je sais la chance que j'ai de savoir qui je suis, parce que je choisis ma vie en toute circonstance, je choisis de l'aimer dans le bon comme dans le mauvais, et qu' en cela j'ai une chance énorme, je le reconnais, je peux pleurer comme je peux rire de moi, je peux voir le verre à moitié plein malgré le fait d'être encore dans l'ornière, je peux me satisfaire de peu et battre des mains encore, bien que rarement ces derniers mois, mais oui battre des mains devant une surprise de taille! 

Je sais vraiment la chance que j'ai d'être qui je suis, nous reparlerons de ma colère un autre jour, non pas que je fuis mais là n'est pas l'objet de cet article écrit dans l'urgence comme si demain n'existerait pas  et que vous auriez raté cette partie de mon existence!

Ou bien plutôt pour être honnête avec moi, comme si demain je l'aurais oublié, oui, oublié de reconnaître cette chance que j'ai de savoir qui je suis et combien vivre est unique et extraordinaire, une mission sacrée.

Voir la suite ≫