Créer mon blog M'identifier

Le bonheur ne dépend que de moi...

Le 29 juillet 2016, 09:02 dans Humeurs 13

Il paraît que le bonheur ne dépend que de la personne qu'il concerne et qu'il faut se donner les moyens pour l'atteindre!

En ce moment on me parle du bonheur, un peu partout, on échange sur ce mot avec moi, et moi le bonheur je ne sais pas en parler. Pour moi le bonheur ne se raconte pas, ne se montre pas sur facebook ou autres réseaux sociaux, il se vit et ne dépend pas de ce qui nous manque mais bien de la façon de nous servir de ce que nous avons à notre portée!

Me parler du bonheur c'est me parler de ce que je porte depuis toujours au fond de moi je crois. De nos jours on parle du bonheur, mais quand j'étais petite, je n'ai pas souvenir de ce mot chez nous ou même plus tard adolescente avec mes amies,  nous n'étions pas tournées vers le bonheur à tout prix et je sais pourquoi!

Je crois me souvenir de lui, omniprésent et silencieux, dans sa simplicité, m'accompagnant dès le matin dans les rues de mon enfance, me faisant le coeur léger et riant, juste parce que j'allais m'acheter un gâteau typique de mon île, déjà il ne se racontait pas, ce n'était pas son genre de faire parler de lui, surtout à cette époque là, on le portait en soi et on l'ignorait, on l'ignore toujours d'ailleurs aujourd'hui lorsqu'il fait battre notre coeur à notre insu, c'est après que l'on se dit "ah c'était lui alors??"!

Un rien, en fait,  porte son nom et surtout pas les lumières artificielles et les louanges qui réjouissent l'ego, le bonheur est si fortement présent en moi que je sens lorsqu'il s'éloigne deux minutes. Lorsque je pense à lui, des scènes du film Narnia me reviennent, vous voyez, le bonheur ne s'explique pas, il se vit en live! J'aime!

Oui j'aime qu'il soit moi, ou bien que je sois lui, bref qu'il ne dépende que de moi et de mes façons d'aimer la vie, de l'aimer vraiment, de la voir belle dans toute son humanité, la vie, dans sa souffrance comme dans ses joies, dans les yeux des autres, dans leur sourire, dans nos émotions partagées, oui j'aime!

C'est pour cela que cette citation me parle, "ne mettez pas la clé de votre bonheur dans la poche de quelqu'un d'autre"! comme si je donnais mon rire à celui qui me dit qu'il a perdu le goût de rire, le mien ne pourrait pas le lui rendre!!

J'aime! Savoir que le bonheur ne s'atteint pas même si tout le monde le veut!

Le bonheur c'est de l'or dans tes yeux ou dans tes cheveux lorsqu'un rayon de soleil les illumine, c'est ton sourire hésitant de peur qu'on se méprenne sur tes intentions, le bonheur c'est toi, moi, et le fil invisible qui nous relie à jamais malgré les kilomètres entre nous.

Et j'aime ça le bonheur parce qu'il est présent en moi tout le temps et qu' il suffit que je ferme les yeux pour sentir ses pulsations, c'est la vie le bonheur!

On s'attache...

Le 28 juillet 2016, 07:08 dans Humeurs 2

C'est incroyable comme on passe notre vie à s'attacher, à la vie déjà, en tout cas moi je vis ma vie ainsi, parfois lorsque je pense à elle, je me dis que c'est fou et inimaginable que tout cela puisse s'arrêter tout à coup sans préavis, donc la vie déjà pour moi est pareille à un aimant vers lequel je me sens attirée, puis les autres, tous ceux qui croisent ma route, ils ne sont pas que les autres, ils sont importants.

On s'attache, que l'on veuille ou pas, que l'on soit maître de la situation ou bien que l'on croît l'être, c'est du pareil au même, on s'attache, je le crois fermement!

Si je prends ma conception de la vie, je suis la première surprise de cet attachement pour l'autre, pourquoi? Parce que c'est inné chez moi, j'ai un grand respect pour la vie en général mais surtout pour la vie de l'autre en face de moi, je ne veux en aucun cas empiéter sur son territoire de quelque façon que ce soit, j'ai toujours eu cette manière de comprendre qu'une vie n'appartient qu'à soi mais cela ne m'empêche pas de m'attacher à l'autre et de m'en détacher par la suite d'ailleurs mais nous y reviendrons!

Je crois qu'on a besoin de l'autre dès l'instant où l'on fait notre apparition sur cette terre et comment pourrait-il en être autrement?

Nous sommes liés et reliés, par l'amour, j'aime à le croire bien que rien ne soit simple! Cela est bien vrai, tout est compliqué à vivre, bien que j'entende régulièrement même de moi,  pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, seulement voilà tout ne dépend pas que de nous mais des autres aussi, de ceux que nous aimons, de ceux qui comptent pour nous, comment faire simple quand nous sommes si différents?

Riche de cette différence mais différente et attachée aux uns et aux autres, j'ai dû apprendre le détachement, j'ai dû apprendre à larguer les amarres, vis à vis de ceux qui comptaient et dont je ressentais le manque dès qu'ils s'éloignaient un instant mais aussi envers ceux qui attendaient énormément de mon attachement, de mon besoin d'eux!

Parce que c'est ainsi,  même ceux qui disent qu'ils veillent à ne pas s'attacher, ont besoin de mon attachement à eux si je puis m'exprimer en ces termes! On compte sur les uns et les autres ici, mais on ne veut pas l'avouer, à soi en premier, on a trop peur de s'abandonner je crois, comme si on pouvait faire autrement, aimer sans s'abandonner, où est le charme ai-je envie de demander, vivre sans souffrir aussi on aimerait, rien n'est simple c'est sûr!

Alors? Alors on s'attache parce que sinon on sombre, comme un bateau qu'on a oublié d'arrimer...

Moi je vais vous dire un secret, j'ai aimé m'attacher à ceux qui ont compté pour moi, mes parents, ma soeur, mes frères, mes amis, mon homme, mes enfants, et tous sans exception m'ont appris et ont veillé à ce que ce soit su chez moi, le détachement à leur personne un jour ou l'autre, tous ont contribué à mon indépendance, à mon envolée et je leur dis merci du fond du coeur, c'est une des plus grandes leçons ici pour moi, apprendre le détachement.

Parce que autant j'ai aimé m'attacher aux êtres qui ont compté, autant j'ai eu mal parfois, non pas parce que nos chemins se séparaient, oh si c'était seulement cela! Mais hélas ceux qui comptent ont le pouvoir aussi de blesser mon âme, de me montrer un visage différent un matin et de devenir indifférents dans leurs gestes, leur regard, leurs mots et là je reste abasourdie. Rien ne ressemble plus à un Homme qu'un autre Homme devrais-je dire, alors la bouche qui console est aussi et malheureusement celle qui blesse aussi!

Et j'ai appris combien il était essentiel, vital de, non pas m'attacher, je ne peux aller contre ma nature, non, mais m'attacher pour mieux me détacher, oui j'aime aussi désormais me détacher de ceux que j'aime et que je continue à aimer aussi fort d'ailleurs.

Ceux là même qui parfois me disent, muettement, ne t'attache pas à moi comme si ils m'appelaient au secours bien avant que l'inéluctable n'arrive, aime-moi mais ne me laisse pas t'aimer et m'attacher, je t'en supplie, oui, je les aime en m'attachant parce que je ne sais aimer que comme cela moi et j'ai envie de leur dire, ne crains rien car le temps veille et sait quand il faut dire pouce, abandonne toi à l'attachement le temps d'un rire!

 

 

Vivre seule.

Le 26 juillet 2016, 07:24 dans Humeurs 8

Je ne sais pas ce que signifie vivre seule, je ne l'ai jamais vécu,  j'entends l'appréhension de certains pour cette chose que l'on nomme indépendance, prendre son envol peut faire peur, mais moi je ne connais pas cela , j'ai quitté la maison de mes parents pour la vie à deux et depuis, de deux nous sommes passés à trois puis à quatre, puis à cinq...

Dernièrement nous sommes à nouveau à trois, parfois à quatre aussi et au détour d'une conversation avec mes enfants, il m'a semblé comprendre combien vivre seule pouvait paraître difficile à beaucoup parfois et du coup je me suis demandé ce que cela me ferait de vivre une telle expérience, saurais-je profiter de moi pleinement ou bien moi aussi aurais-je peur de vivre seule?

C'est vrai ça, lorsque j'avais 15 ans, naïvement je me serais bien vue dans cinq ou six ans chez moi, profiter de l'affranchissement des parents et nantie d'une petite voiture qui m'aurait fait voyager quand bon me semblerait! Je me revois, sûre de moi et me faisant tout un film sur ce futur où le bonheur ne demanderait pas grand-chose pour faire son apparition, tout paré de mon rire pour habit de lumière et auréolé d'audaces et de liberté!! A cette époque là, vivre seule ne m'aurait pas fait peur, en aucun cas!!

J'aurais fait de ma chère liberté ma compagne préférée et de mes envies les plus folles, mon adrénaline au quotidien, oui c'est sûr, nous aurions formé une belle équipe!

Mais voilà que l'amour s'est emparé de moi un an après toutes ces pérégrinations dans mon futur lointain et a décidé que je ne vivrais pas seule, alors il est clair qu'aujourd'hui après tout ce chemin, je me demande tout à coup curieuse et intriguée quelle couleur donnerait à ma vie la solitude et le silence d'une maison vide de toute autre présence que la mienne!

Que sais-je des desseins de la vie pour moi?

Hier à l'heure où je me préparais à débuter avec elle seule pour guide, c'est accompagnée qu'elle a voulu que je me lance!

Aujourd'hui où tout me semble tracé, qui me dit que dans deux ou trois ans, ou même moins, elle ne décide pas de me faire vivre un ancien rêve de liberté et d'audace!? C'est bien connu que pendant que je fais des projets, elle décide de leur viabilité....ou pas!

Alors vivre seule, appréhendé ou pas, je me dis que je saurais saisir l'instant présent que ne manquera pas de m'offrir ma chère vie car qui mieux qu'elle pour me combler de présents que je n'aurais jamais osé demander?? 

 

 

 

 

Voir la suite ≫