Créer mon blog M'identifier

Ces menus bonheurs quotidiens.

Le 22 septembre 2017, 11:29 dans Humeurs 0

Chaque personne a sa madeleine de Proust et je lis tous les jours de belles histoires ici et là, sur nos petits joyaux qui rendent si belles nos journées. Quelquefois je suis attendrie et quelquefois suivant mon humeur je me dis que décidément en ce moment c'est la grande mode de la blogosphère!

Et pourtant de plus en plus de souvenirs de mes jeunes années ponctuent mes pensées actuellement, des souvenirs que je n'appelle pas particulièrement mais qui ont un effet de baume nourrissant et cicatrisant si merveilleux que j'en viens à me dire que ce sont mes petits bonheurs quotidiens, à mon insu.

Je les retrouve avec une joie indescriptible au coeur, un sourire mystérieux aux lèvres en ce qu'ils n'appartiennent qu'à la jeune fille que j'étais alors et à personne d'autre qu'à elle, qui n'est jamais trop loin de moi mais que mes proches ne connaissent pas vraiment....

Je ne sais pas par où commencer mais ce sont de menus objets qui m'ont façonnée, édifiée et m'ont révélé à moi, comme un secret bien gardé qui me serait dévoilé au fur et à mesure. Une lettre que je décachette et que je déchiffre au fil des mots, teintant mon visage de multiples nuances.

Je revois mon vieux cahier rouge, un simple cahier d'écolière, taché d'encre Stypen, bleu, mes premiers écrits y sont couchés tels des reliques impénétrables pour les autres mais si précieux à mon coeur. Ce cahier me ressemble et ses mots me tirent souvent par la main ces derniers mois. Pourtant rien de mes premiers émois amoureux n'y sont mais mes tous premiers émois tout simplement devant la vie et ses promesses déjà sont consignés comme une attente impérieuse de mon coeur pour mon âme.

Je crois. Je les entends converser entre eux de ce fameux cahier rouge ces jours ci.

Ce cahier fait écho à un autre cahier, oui moi j'aime les cahiers, un fameux cahier de chants datant de ma 6ème, je suis restée un enfant je vous dis! Ces chansons sont mes cailloux à moi, mes fanions, je les ai reconnus comme étant des signes incontournables pour l'adolescente que j'étais alors, ils roucoulent encore dans ma tête d'aujourd'hui comme si ils me disaient des choses essentielles à chaque instant de mon existence, je vous le promets!

Je les adore, ils sont les grandes lignes de ma vie! Si on m'avait dit alors que tout était inscrit en eux, je ne l'aurais pas cru!

Puis arrivent dans l'ordre, mes premiers soutiens-gorge, à l'heure où l'on ne parle que de les enlever, moi je me souviens de leur texture si douce sur ma peau qui changeait à vue d'oeil, tout n'était que changement alors....donc eux, oui eux plus que jamais suivis de près de mes premières folies, vous savez ça, le jour où vous savez que vous n'êtes plus obligée d'être si sage, non? oui, vous savez! Ce jour là vous signez un pacte avec vous, un pacte silencieux que vous n'osez pas nommer liberté, en tout cas pour moi!

J'en ai encore les réminiscences!

Et puis mes premiers crayons pour les yeux, Barbara Gould et Max Factor, Lancôme et autres odeurs qui ont l'art de me rappeler à moi, de me murmurer des secrets rien que pour moi, surtout quand je repense à la couleur de mes mascaras, marine et vert foncés, ou bien mes premiers vrais khôls en pâte qui me faisaient des yeux charbonneux à souhait....Repenser à eux en ce moment me laisse un sentiment indescriptible comme si j'avais vraiment existé ailleurs, pour moi seule.

On croit à tort que les jeunes filles se maquillent pour se faire remarquer, mais je sais que l'on se maquille pour se tricoter des souvenirs impérissables, que l'on se maquille la première fois pour se dire que l'on est, que l'on vibre et que c'est bon de ressentir tout ça quand l'adolescence nous travaille au corps et c'est sans jeu de mots!

Alors oui, aujourd'hui je suis enivrée par l'odeur de mes madeleines à moi, lorsque les journées  sont moins entreprenantes, je repense non je me gave de cette odeur, je cherche après tout ce qui m'a construite bout à bout, je redeviens mon passé, je revois les matins clairs et bleutés qui me mettaient en joie parce que le lycée et tout ce qui s'y rapportait m'attendait impatiemment.

Tout, tout me revient inlassablement ces jours ci, mes tee-shirt Fruit of the loom, mes ballerines noires en daim, mes jeans et autres pantalons à la mode, à petits carreaux, oui tout à fait, j'ai fait honneur à toutes les modes!

Tout me vole un sourire pendant que je conduis, pendant que je lis ou pendant que je ne fais rien, tout me porte à croire que la vie sait.

Oui elle sait pour nous, comment nous bercer demain avec les chansons d'hier et les senteurs d'aujourd'hui, elle sait que grâce à elle, pour peu que nous soyons attentifs aux signes éparpillés sur notre chemin, demain nous saurons nous retrouver, quoiqu'il arrive.

Parfois je me sens seule au monde...

Le 21 septembre 2017, 09:29 dans Humeurs 8

Oui, parfois je me sens comme dans la chanson de Corneille, exactement pareille excepté que lui, ce chanteur que j'aime, ait connu l'indicible et que moi mon indicible à moi est vivable je vais dire. Cela dit, sa chanson me parle et tout me ramène à cette solitude que l'on ressent tous à un moment donné de notre vie, qu'on l'ait voulue ou pas.

Le week-end dernier j'ai vu un film et à un moment un des personnages le dit très bien, "tout le monde veut connaître les gens avec une chose derrière la tête, mais finalement on est tous seuls!" et c'est cette phrase qui m'a touchée le plus dans ce film que j'ai beaucoup aimé!

Otez-moi d'un doute, c'est le titre de ce film mais j'aurais tout aussi bien pu enchaîner sur otez-moi d'un doute et dîtes-moi que je me trompe, qu'on n'est pas si seuls en fin de compte et que tous autant que nous sommes, nous pouvons compter sur les uns et les autres dès qu'il nous arrive de trébucher sur un caillou qui peut se révéler être un rocher de plusieurs tonnes, j'exagère à peine!

Et que ce n'est pas pour mes rires et ma bonne humeur constante, ou encore pour mes folies et ma façon de prendre la vie avec un je ne sais quoi de je m'en foutiste que l'on veut me connaître et me faire croire que je peux appeler si j'ai un souci.....Parce que justement exceptées une ou deux amies, je suis presque menteuse quand je dis ça, je vous jure que non je ne peux pas appeler quelqu'un sur qui compter vraiment si ça va mal! Voilà c'est dit au moins.

Quoique je fasse ou que je pense, je retombe invariablement sur le fait que oui, nous sommes seuls face à nous à certains moments extrêmes de notre vie, inexorablement et obligatoirement seuls! Tant de vécus ne peuvent être partagés réellement pour cause de vécus justement, de vécus intenses parfois, de douleurs inaudibles, de pleurs enfouis, d'impuissance réelle et non feinte, d'impuissance devant les barrières invisibles aux autres, ceux là même qui me diraient sans l'avoir vécu, que je ne veux pas peut-être.....

C'est mon ressenti en tout cas, un peu comme un constat d'une situation contre laquelle je ne me bats pas, au contraire, je me laisse porter par les événements. Comme une évidence, s'écouter et faire silence demande une certaine solitude et puis parfois, même entourée on peut se sentir seul à jamais.

Qui peut dire avec certitude qu'il n'aurait pas agi comme l'autre en face lui dans certaines épreuves, qui se connait réellement pour l'affirmer sans ciller que l'autre a eu tort?

Parfois je me sens seule au monde et dans ces moments là je ne veux pas de l'autre, non pas de sa sollicitude mais de son regard sur ma vie, oui son regard, ses pensées sur ma vie, sur mes tracas d'hier et d'aujourd'hui, sur mes actes manqués ou mieux sur ce qui n'est plus et qui, peut-être hier faisait son ....envie?

Quand je me sens seule au monde, je peux devenir une autre, froide et lointaine qui n'attend rien de personne parce que justement seule je le sais on nait et seule on meurt.

Ce n'est pas parce que j'aime et que je distribue ce que j'ai de meilleur en moi que j'oublie que je suis seule souvent, depuis toujours, et parfois oui parfois cela me rassure.

Je ne sais pas si je peux me l'expliquer mais cette assurance que quoi que je fasse, je n'ai finalement aucune justification à donner sur ma façon de prendre la vie puisque tous autant que nous sommes, seuls on est.

Simplement ce n'est pas si simple et je crois trop à la portée de mes actes justement, aux formes que prennent mes pensées si je n'y prends garde, à mes paroles qui ont des pouvoirs si grands qu'ils me donnent le vertige souvent et alors je sais aussi qu'on est tous liés ici.

Que le fait de te donner un bout de mon sourire le matin d'un jour triste, a apporté en moi un vent frais qui a chassé mes idées noires de ce matin là.

Que de regarder le ciel et la mer confondus en un trait si pâle certains jours me laisse penser que je suis ici pour apprendre de l 'autre des choses précieuses sur moi et sur ma façon d'aimer.

Alors oui je me sens seule au monde souvent, et oui je crois en moi malgré tout, je persiste à me dire que je n'ai besoin que de moi, de cette fabuleuse rencontre entre moi et moi que le blog m'a redonné tel un présent inestimable et que aimer l'autre sur lequel je ne peux pas m'appuyer, cela n'engage que moi et seulement moi.

Je prends cela comme un compliment de ma vie for me! Comme une richesse qui ne s'achète pas, j'aime l'idée qu'on ne puisse pas tout acheter, que le sentiment ne soit pas un commerce est une assurance très forte chez moi que le compte en banque seul ne suffit pas ici! Comme le lait au chocolat vrai de mon enfance qu'aucun autre chocolat d'aujourd'hui n'usurpe, enfin passons, je déborde là, où est la comparaison je me le demande!

Comme je le vois, je vais bien! Mais oui je profite de mes mots pour vous dire et à moi aussi que je vais bien! Comme Céline quand elle nous donnait des news de son René à la grande époque de sa maladie, la pauv! Elle aussi, elle devait se sentir seule certains soirs après avoir chanté....Rien n'est plus faux que l'apparence à certaines heures sombres de notre existence.

Alors oui, vivre et être seule au monde parce que c'est ainsi que va la vie que quelquefois elle ne nous laisse qu'elle sur qui compter vraiment.

 

Débutants à tout âge...?

Le 14 septembre 2017, 15:47 dans Humeurs 1

J'aime cette idée que l'on soit des débutants en tout temps, à tout âge, toute la vie durant, jusqu'au bout!

J'ai lu une interview de cette grande actrice, grande séductrice qu'était Jeanne Moreau et dans cette interview, elle parle de cette histoire d'éternelle débutante, elle, la fabuleuse artiste, ça m'en bouche un coin! Cette humilité qui dit plus que les mots combien nous avons plusieurs façons de vivre notre vie.

Et moi, cette histoire d'éternelle débutante me plaît trop, de se dire que l'on peut tout commencer à tout âge me rassure comme si j'avais eu peur d'être périmée, on nous raconte tellement de trucs sur notre âge dès l'instant où l'on quitte nos 19 ans que ça en vient à nous déprimer si on n'y prend garde, comme si cela était vrai! Rien n'est vrai excepté de croire en nous, en nos ressources cachées.

Tout dépend de la personne de toute façon, rien de ce que vivra une personne ne vaudra pour moi, j'en reste persuadée, par contre il y a des mots comme ceux là, débuter à tout âge, qui sont pour moi des révélateurs de chapitres de vie, qui sont comme des cadeaux inespérés à des moments où d'autres nous disent qu'on est juste dépassé!

Je suis de celles qui veulent croire qu'il n'y a pas de date limite, à rien, absolument à rien, si Jeanne Calment a débuté le yoga à 70 ans ce n'était pas pour l'épate, mais bel et bien un besoin, une envie à vivre et à expérimenter, je suis non pas admirative mais plutôt dans le même objectif de vie.

Simplement à force de vivre, d'entendre les avis d'une société si conventionnelle finalement, on en vient à oublier que les débuts ne sont pas réservés qu'aux jeunes qui commencent leur parcours, non pas du tout, les débuts en toute chose appartiennent à ceux qui en veulent, à ceux qui croient en eux, en la vie, en leur soif d'aventures!

Ceux qui ne s'arrêtent pas à leur âge et qui ne se mesurent pas à l'autre mais au contraire qui écoutent leurs envies et les suivent jusqu'au bout défiant les regards des autres.

Parfois il en faut du courage pour être un petit nouveau, mais je crois que tant qu'on est animé, transporté et heureux de vivre en harmonie avec nos désirs, c'est ce qui compte!

Pourtant je sais qu'il est difficile de faire cette démarche là, j'ai entendu ou lu le témoignage de certains pour lesquels être un petit nouveau avec le regard des autres pour jugement n'a pas été si simple mais justement ils ont persévéré! Moi je crois que jusqu'au bout tout n'est qu'apprentissage et expérience, qu'être vivant c'est cela!

Ne dit-on pas qu'il n'est jamais trop tard pour.....aimer, vivre, rire et écouter ses émotions, se souvenir de ses rêves d'enfant et les appeler à la rescousse lorsque la vie bascule?!

Moi j'ai appris une chose précieuse ces derniers mois, c'est que se connaître vraiment peut prendre toute une vie, alors si je change au fil des jours et que je découvre héberluée une autre moi parfois, c'est que tout commence  à chaque instant pour peu qu'on ouvre son coeur à tout, pour peu que l'on reste connecté à l'univers.

Pour m'améliorer je suis prête à rester une éternelle débutante jusqu'au bout!

 

 

Voir la suite ≫