Je me souviens d'un feuilleton de lorsque j'étais petite, enfin pas si petite mais petite quand même, le titre ne me revient pas mais par contre les paroles de la chanson du générique étaient Anne il ne faut pas chercher si loin ce qui est là aux creux de tes mains, il y a de l'amour en toi... Et en ce moment ces mots là semblent vouloir me dire la même chose que la chanson à l'héroïne de ce feuilleton!

C'est vrai que j'ai cru avoir trouvé, sans même chercher, très tôt tout fut plié, lorsqu'il m'arrive de penser que je me suis fourvoyée, je suis la première à reconnaître que cela est presqu'impossible, tout me fut donné si vite, sans même que je demande quoi que ce soit, tout ce qui me fut donné me ressemblait il n'y avait pas maldonne, pas du tout, alors?

Alors les questions sont là quand bien même mon stage de lâcher prise auprès de la vie.

Me suis-je trop donnée au nom de l'amour de l'autre, cet amoureux sorti de nulle part qui attendait tellement de moi qui n'en attendais pas tant, moi qui me suis sentie parfois prise au piège de ma vie amoureuse mais qui, vu mon inexpérience en la matière ne pouvais pas savoir comment se comporter face aux vagues de l'amour et leur cortège d'écumes!?? Me suis-je trop donnée? Oui, on se donne toujours trop!

La rebelle en moi attendait son heure qui plus est, elle s'est sentie libérée mais de quoi? Je me le demande encore quand je vois le résultat aujourd'hui.

Il n'y a pas de responsabilité, ni de la mienne, ni de celui que mon coeur a choisi en fait, si aimer c'est se tromper tant mieux, il y a eu des expériences, des traversées de champ de blé et des traversées des déserts, sous des ciels étoilés et sous d'autres chargés et lourds avec, au petit matin des arc-en-ciel irréels, voilà l'amour je crois et s'il fallait recommencer j'ai toujours dit que je l'aurais fait...

Quoique je me le demande sincèrement aujourd'hui mais comme si on voulait notre avis parfois dans notre vie!

Non, je ne crois pas m'être vraiment fourvoyée mais la dernière traversée fut rude, éprouvante et douloureuse, à la limite du supplice devrais-je dire et si je me reconnais bien dans ce genre d'épreuves où tout parle contre moi cependant j'ai du mal à récupérer ma sérénité, ma joie de vivre et mon bel équilibre qui donne de la force à mes ailes et les déploie toutes grandes.

Alors cette question me taraude jour et nuit quand j'y pense...

Et si à mon insu j'avais cherché trop loin de moi ce qui était à l'abri, au creux de mes mains?? Et si j'avais voulu, désiré ardemment ce qui n'était pas pour moi?

Figurez-vous que non, ce ne fut même pas cela, car ce que j'ai désiré pas si ardemment finalement était prévu au programme que je le veuille ou pas, alors?

Parfois il est bon de ne pas avoir réponse à tout et de se tenir prêt à tout changer pour peut-être aller plus loin et vivre une nouvelle vie, oui je le crois pertinemment, je ne peux pas changer le passé, je ne peux que regarder l'horizon et me dire que j'ai fait pour le mieux bien que demain me semble si incertain certains jours.

Rien n'est simple parfois ou bien alors c'est si simple que cela m'échappe....pour l'instant.