Ce "à quoi je sers" c'est mon fils qui me le demande un matin où le soleil nous nargue de ses premiers rayons. Ce genre de matin où tout semble n'être qu'espoir rien que dans la façon qu'a le ciel de farder ses nuages d'une subtile couleur de rose orangé. Tant et si bien que je reste admirative devant le grandiose spectacle.

A quoi je sers? me demande-t-il tout à coup sans prévenir, alors que je suis sous hypnose pour cause de lumière orangée venue du ciel et ces quelques mots me réveillent abruptement pour me rappeler que depuis que le monde est monde, les Hommes ces êtres pensants que nous sommes se sont posé un jour cette question là, qui sommes-nous, où allons-nous et pourquoi sommes-nous ici?

Pourquoi je vis, pourquoi je meurs, le SOS d'un terrien en détresse?

J'ai quitté des yeux le ciel comme à regret et je lui ai dit, à quoi tu sers mon châton? Un peu lourd le "châton" pour un futur homme de 14 ans, je vous l'accorde volontiers mais je suis sa maman et ce rôle là me donne le droit de l'appeler comme je veux!  

Et puis de vous à moi, j'avoue que pour gagner du temps lorsque nos enfants nous posent une colle il faut tout tenter et même provoquer une réaction d'effroi de sa part lorsque "châton" me sort de la bouche! Mais en ce matin lumineux je vais devoir trouver la réponse à sa question, il attend sans rien dire.

INCROYABLE!

Je répète pour lui et aussi pour me permettre de réfléchir, à quoi tu sers? Puis je me rassieds pour mieux digérer la question et je lui dis...mais ne me le dis-je pas à moi surtout?

Que oui, nous sommes ici pour vivre l'expérience de la vie sous l'angle de l'amour, sous l'éclairage de l'amour.

Que oui, notre naissance même et son essence à lui vient tout droit de mon amour pour la vie, le sacré de la vie en toute chose.

Que c'est par amour que nous sommes tous ici à nous poser des questions sur l'existence et le bon sens de celle-ci dans les jours sombres.

Que aimer c'est ne pas juger les autres, ni penser en mal de l'autre quel qu'il soit et que vivre c'est aussi et surtout apprendre de soi tous les jours de son existence jusqu'au bout en faisant confiance à celle qui nous abrite, la vie.

Le but de notre venue sur terre fut une de mes premières questions d'adolescente, je m'en souviens bien et il est en cela mon digne fis je le reconnais! Parce que si ses soeurs se sont posé un jour ce genre de questions là, elles se sont bien gardées de me la poser à moi! Alors que lui du haut de ses 14 ans fraîchement célébrées, voici déjà le SOS du terrien en détresse que j'ai bien failli ne pas prendre au sérieux!

Bien grand mal m'en aurait pris, il est toujours bon de me rappeler le sens que je veux donner à ma vie.

Une question d'apparence anodine d'un de mes enfants c'est un peu comme une piqûre de rappel de ma vie pour me demander si je l'aime toujours autant et si je vais savoir décrypter ses messages, si l'amour est bien mon centre d'intérêt dans ma vie et si je saurais le transmettre. 

Saurais-je le transmettre?

Mes quatorze ans à moi furent prétexte à nourrir mon imagination en lecture de tout genre, à voir la vie qui grouillait dans tout et à calmer mes colères qui me laissaient impuissante devant celle que j'étais et qui changeais à vu d'oeil me faisant dire que je n'avais pas choisi la vie, que mes parents avaient décidé à ma place....

Puis mes quinze ans sont venus apaiser tout ce remue ménage pour me donner une place, la mienne, comment l'ai-je perçu? Mon regard sur les choses de la vie, tout est dans la façon de les regarder et j'avais choisi le meilleur en tout. Je crois. Là où d'autres insistaient pour y voir le mauvais, le calcul ou les méfaits moi j'apprenais à y voir le moins mauvais voire le bon de la situation. Mais j'ignorais encore que l'amour serait mon guide, tout ici se dévoile au fil de la vie.

Alors oui, comme une sorte de renouvellement de voeux, la question de mon fils sur le sens de sa vie vient à point me rappeler que je me dois à ma vie, on l'oublie si souvent, occupés que nous sommes à aimer l'autre mais s'aimer et prendre soin de nos souvenirs, de nos ressentis et de notre équilibre est tout aussi précieux que tout le reste.

Rien que pour ça, je sais à quoi je sers, à quel point ma venue ici vivre un voyage palpitant par beau temps comme par gros temps était une aubaine, oui une aubaine pour celle qui aime les défis que je suis.

Combien j'ai aimé m'être fidèle, à mes grands principes et à mes choix, me jeter à coeur perdu dans l'amitié, dans l'amour et attendre des lendemains extraordinaires certains jours plus gris. 

A quoi servons-nous? Nous sommes ici pour croire en notre amour et le laisser s'exprimer.