Avant quand tout est encore neuf chez nous, quand on s'appartient encore sans rien savoir de l'amour et qu'on crie après lui!

Tant d'entre nous, n'avons pas rencontré l'amour encore ou bien comme Dounia, l'avons nous laissé repartir vers une vie plus sereine où nous lui avons souhaité le meilleur, moi je l'ai rencontré je vous le dis, son visage s'est à jamais matérialisé dans celui qui m'accompagne depuis beaucoup de temps et aujourd'hui il m'arrive de me dire que j'aurais aimé ne jamais l'avoir rencontré, l'Amour!

Oui revenir à avant quand on ne sait rien de ce qui peut vous bouffer la vie et vous faire un mal de chien.

L'amour, ce fameux truc dont on vous rabâche les oreilles, pour lequel on renie tout, pour lequel on aimerait se perdre dans une forêt (!), pour lequel on donnerait son âme au diable.

Le diable peut aussi prendre les traits de l'amour, je vous le dis, non pas un monstre prêt à battre femme et enfants dès potron minet mais le diable a plusieurs atouts, il sait si bien vous montrer que vous ne valez pas un clou tout en vous disant qu'il vous aime, ce peut-être une simple chose, comme un homme qui vous regarderait un matin et que vous aussi, à ce qu'il aurait vu, oui vous aussi vous l'auriez regardé cet homme dont vous vous fichez comme de l'an 40, trop honnête que vous êtes, trop bonne à vouloir faire rire votre homme de bon matin quand rien ne semble aller pour lui!

Je crois que tout a commencé ainsi il y a bientôt 35 ans mais que mon coeur déjà emprisonné, n'a pas voulu se dédire, oui ce pauvre diable lui aussi, le coeur aussi se travestit en diable à ses heures, il s'était déjà donné sans me demander mon avis, moi qui me retenait de me donner un peu plus! Tout a commencé par une jalousie maladive dont on ne prend garde quand l'amour, lui bien sûr vient vous taquiner et que sous son charme, vous ne voyez que dalle!

Ce matin, des rivières ont fini de couler sous les ponts et même de déborder de leur lit et moi je n'en finis pas de me dire qu'un jour, il faudra bien que cela cesse, je n'en finis pas de me traiter de lâche pour mes actes manqués, de lâche d'exister? Presque!!

Quand je n'ose pas blesser mais que cet amour qui dit m'aimer, ne pèse jamais ses mots et déverse son fiel, et laisse la place à l'irrespect sous ce déferlement de méchanceté. Quand je n'ose plus proférer un seul mot de peur d'envenimer les choses ou bien pire encore lorsque je lui trouve des excuses.

Oui des excuses, je ne crois pas ou plus à la maladie de l'âme de certains êtres ici bas, on a toujours le choix, reste mon dernier mot, le choix de tuer l'autre à petit feu.

Demain, dans quelques heures, rien n'y paraîtra plus mais moi je n'oublierai pas et rien que pour cette douleur sans nom parfois, mon souhait le plus ardent malgré les années passées à donner de moi, de mon amour sans faillir pour que l'harmonie et le partage soient le maître mot de notre vie, cette douleur qui me laisse sans joie le temps d'un instant ou d'une éternité,  je voudrais trouver le courage de mettre un terme à toutes ces simagrées qui me font un matin prendre le rôle de l'accusée.

Reconnais, me dit-il que tu regardes les hommes dans la rue!! Oh!! Oui, et alors?

Non je n'ai pas répondu oui, parce que honnêtement non, je n'ai pas envie de regarder "des" hommes, pour l'instant je n'ai qu'une envie c'est de voir la femme que je suis devenue, sortir de cet enfer qui n'en est pas un!

Mais oui, je vous explique, en sourdine je fais tout pour que ça marche entre nous et parfois j'y crois mais oui, je vous le dis! Enfin non mais c'est ainsi! On veut croire en l'amour dans tout, on oeuvre au nom de l'amour, on vit chaque heure la plus terrible au nom de cet amour dont on ignorait tout avant!

Avant, oui avant quand j'étais moi!

Avant me semble si lointain dans ce qu'il a de plus beau, rien n'était trop fou à mes yeux quand le diable en personne ne m'avait pas pris encore en ....mains!

Mais désormais, je me suis acoquinée à lui, je lui trouve même du charme, des circonstances atténuantes quelquefois devant ses dires, je doute de retrouver mon avant l'amour, lorsque je n'étais qu'une jeune fille en fleur et que insouciante et libre de regarder où bon me semble, j'ignorais que l'on pouvait souffrir d'amour au prétexte d'être aimée!