Sois forte et aime! Aime sans détour, sans regrets et infiniment, jusqu'à l'infini comme dit Buzz l'éclair!

Parfois je crois entendre ma petite voix me dire cela, alors je me demande qui je suis et pourquoi je suis ici....

Tant de questions resteront sans réponse, je me dis encore pendant que je me cherche, que je cherche au fond de moi quand une drôle de sensation me serre le coeur, comme une main glacée qui me parle de la frontière ténue entre la vie et la mort et que je fouille en moi. La vie me demande t-elle de répondre aux questions? Pas forcément...

Une vie. Qu'est-ce une vie? 

Pas la vie d'une héroïne ni celle d'une star, non une vie simple de quelqu'un qui rit, souffre et vibre au rythme de sa vie. Simple? Non pas si simple justement!

Vivre, rien que d'écrire ce mot c'est comme si je l'habitais, un mot intense qui me parle de pulsions qui animent, qui nous transportent ou qui nous broient selon ce que l'on vit, tantôt seuls, tantôt accompagnés mais toujours suspendus au fil de la vie. Que suis-je venue accomplir ici?

C'est une enquête entre moi et moi, une quête plus précisément de moi à ma voix intérieure, une histoire de vérité, comme si j'arrivais au bout de ce voyage et que tout m'était enfin dévoilé sur moi!

Une entreprise de grande envergure me répondrait-elle, l'amour en chantier depuis toujours elle me dirait en me montrant plusieurs étapes de ma vie...

L'amour? Mais n'était-ce pas ce que l'enfant que j'étais, voulait déjà donner, recevoir, pétrir, assembler et distribuer tel que je l'imaginais? Sans que jamais personne ne m'ait autorisée à parler d'amour, un mot tabou!

Un mot que j'ai dû apprivoiser, le faire danser dans mes poèmes que je créais pour me parler de moi, quand je ne me connaissais pas encore, un mot abstrait, interdit même...jusqu'à ce que enfin il berçât mon voyage ici bas.

Cependant, le voyage se fait long et fastidieux certains jours, je m'essoufle et même si je sais que je suis venue au nom de l'amour voyager au coeur de l'inconnu afin de me donner sans regrets, rattraper mes manques, saisir ma chance de vivre une vie encore, comme un jour d'école où j'aurais tout appris de ce qui me faisait défaut, j'avoue parfois trébucher et ne plus vouloir donner!

Tout reprendre, ne plus voir les liens qui n'espèrent que moi et ne pas tendre mes mains, les lier plutôt! Et aussi rester seule, ne pas me partager, ne plus me blesser le coeur ou le ventre ou l'âme.

Pourtant je sais que je suis ici pour aimer. Point.

L'amour ne se discute pas, il se distend, oui, il est en constante évolution d'un moment à un autre, il est et n'est pas, il ne peut être touché, il est l'énergie qui relie tous les êtres ici et aucune frontière n'y résiste, voilà ma conception de l'amour.

Il ne s'agit plus de compétitions puériles, de savoir faire et dire sur l'autel de nos vanités, il ne s'agit que de la simplicité d'un sentiment qui m'habite depuis toujours et que les uns et les autres ont voulu brader, brider, chaparder, en le niant parfois, en discutant sa sincérité, sa légitimité et sa pureté. Qui nous demande notre avis sur l'amour? Nous qui n'aimons rien .....que de donner notre avis sur tout justement!

Or pour ce qui est de l'amour, c'est un peu plus complexe, on l'a perdu en route j'estime! Déjà l'amour entre deux êtres est quasi éphémère de nos jours, oui un peu comme un kleenex je trouve! Si en plus je parle d'amour comme d'un précieux trésor que je suis venue redonner aux êtres qui croisent ma route, c'est de la folie pure et pourtant...je crois en cela ou du moins j'ai toujours cru que tout passe ici mais que seul l'amour demeure. Il se suffit à lui même me disait un poète que j'aime, et quand il me fait signe, je dois le suivre.

Aujourd'hui cependant, des questions surgissent dans mon esprit....

L'ai-je bien suivi jusqu'ici, ai-je marché dans ses pas sans trop attendre en retour? Je ne suis sûre de rien, sauf que d'une chose, vécue, aimer les autres c'est se rendre heureux, soi-même. Cela paraît simple vu d'ici.

Donner ce qui ne se mesure pas, un sourire, une émotion, une joie, peut me rendre heureuse. Sans me poser des questions sur ce que l'autre va en faire, sur ce qu'il va penser de moi, ni même ce que je suis supposée faire ou ne pas faire dans cette société où les conventions invisibles sont légions!

Non, aimer c'est ne plus avoir peur du regard des autres, c'est me dire que je suis ici pour accomplir cela. Obéir aveuglément à un ordre intérieur plus grand que moi!