Je ne vous l'ai jamais dit mais il y a une partie de ma vie dont je ne me souviens que rarement, va savoir pourquoi ou plus exactement nous allons tout de suite connaître le pourquoi de cette amnésie partielle.

Cette partie là, de ma chère vie c'est mon ado de 13 ans qui me l'a rappelée tout dernièrement, en faisant son entrée magistrale dans l'adolescence si je puis dire ainsi les choses.

Avec Cristina j'avais déjà eu un aperçu des joies de la vie de famille avec un ado et dès la conception de ce semi-adulte d'aujourd'hui qui ne ressemble plus du tout au bébé d'alors je me revois encore effrayée à l'idée de devoir affronter un petit d'homme à l'âge risqué de l'adolescence! Et nous y voilà en plein dedans!

Bien sûr j'ai lu avidement tout ce que Cristina la belle n'a pas manqué de nous narrer avec humour et parfois même avec ses douleurs de maman aimante mais depuis quelques semaines je vis tout ceci en live et je vous assure que cela me fait tout ....bizarre pour ne pas dire incroyable tant je ne reconnais plus mon garçon à certaines heures de crises!

La dernière remonte à lundi soir, à la sortie du collège d'où il revient un brin agacé parce qu'il y a la première réunion de parents-professeurs et qu'il a oublié de nous le dire! Moi en personne optimiste et bien que fatiguée déjà par les embouteillages que je vois pointer après cette réunion, j'essaie, pragmatique, de lui dire que le problème est résolu, la réunion étant dans une demi-heure mais mon fiston est en mode crise de pleurs, carrément parce qu'il a une migraine et qu'il veut ab-so-lu-ment rentrer. Or, je ne peux pas le ramener et revenir, impossible! 

Je vous passe les détails, je perdrais mon humour mais je vous jure que ce ne fut pas simple de lui faire entendre raison.

Je suis allée à cette réunion en le laissant à ses amis, lui en mode crise de pleurs à peine résolue, moi en mode automate en train de me demander quand cela avait pu arriver et comment surtout!

Mon esprit n'a pas cessé de me ramener à cet enfant qui fait une histoire pour tout en ce moment et qui parfois tient à se mesurer à nous, du regard et des mots, pour l'instant sans gravité mais quand même! Pour l'heure il avait réussi l'exploit je vous dis de me faire perdre mon humour et mon optimisme, il en faut beaucoup pourtant! Et puis tout à coup en pleine réunion, alors que j'entendais dans un brouillard les mêmes rengaines de la première réunion de rentrée, j'ai saisi une expression, donner le meilleur de soi-même, le directeur a tenu à la répéter d'ailleurs, toujours donner le meilleur de soi-même!

Cette expression qui en appelle au dépassement de soi, je la connais bien mais je l'oublie, d'ailleurs en sortant de la fameuse réunion je l'avais déjà oubliée puisque j'ai retrouvé mon fiston en mode charmant, comme le prince, et qu'il a tenu à s'excuser avant même que nous ne soyons dans la voiture! 

J'en ai profité pour lui montrer avec force humour toutes les dernières images de lui qui me font frémir ces dernières semaines et pour lui rappeler que c'est ainsi que l'on gâche un instant dans une journée, il a semblé comprendre et s'en tient depuis à juste quelques grimaces, affaire à suivre...

Mais moi, c'est justement là que la vie me rattrape!

Car il est bien facile à moi de lui rappeler ces vilaines manières récentes mais alors que je finissais un roman extraordinaire dont le titre est "Seulement si tu en as envie..." je suis retombée sur cette fameuse expression "donner le meilleur de soi-même", or je ne crois pas au hasard donc je m'écris ce matin! ;)!!

Afin de me rappeler à moi toute seule combien l'adolescente que j'étais, n'a pas non plus épargné ses parents.

Combien je me plaisais à parler de choses qui faisaient bondir de peur ma chère maman, mon papa étant définitivement passé dans le camp ennemi à cette époque là!! Non, je n'étais pas gothique ni même en révolte vestimentaire ou quoi que ce soit, simplement une autre personne essayait de me doubler à l'intérieur de moi et je ne supportais plus certains choix de mes parents aimants pour moi! hi hi hi!

C'est très simple pourtant! Qu'y a-t-il d'incompréhensible là dedans? Il y a que c'est dans ces heures où l'on dit adieu à l'enfance sans qu'on vous l'aie expliqué, sans que quelqu'un aie pris le temps de mettre des mots sur une situation douloureuse où les habits de l'enfance deviennent étriqués pour soi, dans ces heures  là, donner le meilleur de soi-même est une gageure!

Oui une gageure, aussi lorsque j'ai entendu le directeur parler du meilleur de soi, je me suis demandé si il avait été adolescent et combien d'entre nous se souvenait encore de cette période que mon esprit a bien vite oublié pour ne garder de moi que la folle insouciance de mes 16 ans!!

Cette fameuse période où donner le meilleur de soi ne veut pas dire grand chose, où tout est en friches chez nous, en devenir et où pour certains tout paraît affreux, terrible et autres adjectifs tant vivre paraît si difficile et hasardeux!

Donner le meilleur de soi me semble quelque peu présomptueux et peu importe l'importance et la place du collège dans la vie d'un adolescent qui parfois n'en comprend plus l'utilité d'ailleurs!

Moi quand on me parle de donner le meilleur de moi, je dirais que tout vient à point dans une vie, et que aujourd'hui si je peux donner le meilleur de moi,  à moi tout d'abord, à ma vie et aux autres c'est parce que un jour j'ai appris à me connaître, à m'accepter telle que je suis, à me découvrir à travers mon vécu, le meilleur de soi alors s'est imposé comme une seconde nature chez moi mais le temps que j'ai pris pour croire en moi, personne ne le sait!

On ne donne pas le meilleur de soi sur une simple décision surtout à l'âge délicat qu'est l'adolescence, du moins je le crois.