Elle, c'est ma grand-mère,  cela fait quatre mois aujourd'hui qu'elle s'en est allée.

Je ne l'ai pas perdue, non, elle s'en est allée. Dans deux mois nous aurions fêté ses 100 ans pourtant, mais c'est ainsi, le dernier mot appartient bel et bien à la vie ....qui se retire un soir.

Non, je ne me suis pas épanchée ici, moi qui aime tant me confier à mon blog, partager avec vous un bout de mon parcours, échanger mes peines et vivre un peu de vos aventures, j'ai préféré me retrancher en moi, je l'avoue. Tant de peines avaient déjà chaviré mon coeur bien avant cette ultime perte que je n'ai fait que suivre la montée du chagrin et me réfugier en moi.

Ma grand-mère que j'appelais mémé, faisait partie de ces femmes qui ont tant vécu que même aujourd'hui je peine à la raconter. Pourtant il est devenu urgent pour moi de parler d'elle, du vide qu'elle a laissé depuis son départ, de la femme forte et d'exception qu'elle était. Il est devenu urgent pour moi de la faire revivre le temps d'un écrit et de trouver du réconfort dans mes mots, de reprendre confiance en moi à travers mes souvenirs, qui mieux qu'eux pour m'apaiser et me guérir de l'absence.

L'absence la voilà, chantait Reggiani, elle a remplacé cette grand-mère sur laquelle on pouvait compter, dont la seule présence au sein de notre famille était un don de la vie. Cette femme qui ne pliait jamais ou presque, une seule fois peut-être, à la mort de celui qui l'accompagnait depuis toujours nous l'avons vue pétrie de chagrin, comme à la recherche d'une partie d'elle disparue pour toujours.

Cette femme là ne savait ni lire ni écrire mais connaissait par coeur le mot bienveillance et apaisement, j'avais la drôle d'impression en l'écoutant qu'aucun conflit familial ne pouvait lui résister, que rien ne lui faisait peur.

Exactement, rien ne semblait lui faire peur, c'était ma façon à moi de la voir ou de vouloir la voir. 

Elle était le sel de notre vie familiale, sans elle, plus rien n'a plus le même goût, vous savez çà ce subtil goût d'antant, cette manière qu'elle avait d'utiliser certains mots, de nous transporter dans la vie à la fois simple et compliquée de son époque...

Toutes ses petites affaires avec le bon Dieu jusqu'à s'en remettre à lui pour tout, jusqu'à nous rappeler combien sans lui on n'est rien, pour moi c'était sûr qu'elle connaissait ce qu'elle disait, jamais enfant il ne me serait venu à l'idée de lui tenir tête...

Et pourtant tout n'a pas été toujours facile entre nous deux, elle, avec ses principes et ses grandes causes et moi avec les défis de mes 15 ans et l'assurance tout risque de ma jeunesse, nous avons vécu un long moment d'hostilité déguisé en politesse d'apparence.

Parce que oui malgré tout, mon enfance auprès d'elle n'était jamais loin, les valeurs qui lui tenaient à coeur comme le respect de ceux qui comme elle nous transmettaient un savoir ne pouvaient souffrir d'aucune animosité entre nous, je lui dois une certaine sagesse dans ma façon de regarder la vie, dans mes croyances même parfois, je lui dois une certaine droiture et oui un courage certain devant les affres de la vie. Quoi que j'en dise ou pense, elle m'a laissé une empreinte indélébile à jamais.

Qui repoussera mes cheveux comme elle le faisait pour me dire bonjour?

Qui prendra mes mains dans les siennes pour que je les lui réchauffe à la fin de son voyage ici, lorsque la vie se fit moins dense en elle?

Qui sera sa mémoire désormais? 

Sa maison se souviendra-t-elle de ses pas devenus hésitant au fil des années? Et tous ces objets qui l'ont connue?

Le temps s'est écoulé et ses jeunes années se sont enfuies, enfuies toutes ses heures offertes aux plantes, aux animaux qui furent ses passions ici bas.. 

Quelquefois je doute de notre légitimité à transmettre le peu d'elle qui nous reste, elle remplissait tant nos vies qu'il me semble que personne d'entre nous ne pourrait faire le poids dans la balance de la vie qui poursuit son rythme sans son souffle, comme si de rien.

Pourtant je la sens si présente dans mes rêves, si présente tout simplement dans le quotidien que je me dis qu'elle ne peut que continuer de vivre à travers nous, cette femme solaire, dotée d'un fort caractère et d'une grande élégance d'esprit, qui nous laisse pour toujours l'exemple pour héritage.