...De ne pas chercher vengeance, de ne pas être toujours dans la compétition avec l'autre pour un oui ou pour un non, de ne pas être malveillante et d'être par contre plus ou moins gentille de nature?!

Et si c'était ma nature? Me disait ma fille hier, juste après une soirée dans laquelle on lui aurait fait remarquer son excès de gentillesse, feinte ou vraie cette gentillesse? Et les gros mots, oui les gros mots, c'est sûr qu'elle n'en disait jamais vu la gentille qu'elle était....Quant à se mettre en colère, alors là, pas de mystère, la colère n'existait pas chez ma fille d'après eux! 

Les gens se posent de drôles de questions lorsqu'une personne est gentille,(trop gentille?), et qu'ils ne comprennent pas le pourquoi de cette gentillesse, serait-ce une monstruosité de la nature d'être gentille depuis toujours?

Je pense que oui.

On nous apprend à nous battre, à ne pas nous laisser faire dès l'enfance, à avoir de la "personnalité", non pas à devenir une personne animée de bonnes intentions, non pas à écouter l'autre le temps d'un instant nous parler de sa vie et lui dire des mots de sympathie et d'empathie, d'ailleurs qui connait encore ce mot?

Je me souviens de cette anecdote que je n'aurais jamais voulu avoir vécu. Ma fille était en grande section, la dernière petite classe de la maternelle quand sa maîtresse m'a attrapée un matin pour me dire.....qu'elle n'avait pas de personnalité!?? Elle avait 5 ans!!

Moi, un rien m'affecte, je le reconnais, non pas à cause de ma supposée gentillesse mais plutôt à cause de ma sensibilité innée et exacerbée, aussi lorsque j'ai entendu sa maîtresse me sortir une telle ineptie, je suis restée .....sans voix, je vous le promets, ça m'arrive aussi. Je n'ai pas cru à mes oreilles, elle m'a donné des exemples de tel ou tel enfant et je me suis demandé laquelle de nous deux avait un problème, elle et ses principes sur les enfants ou moi qui ne saisissait pas bien la signification du mot personnalité tout à coup. Je crois que ce matin là j'ai quitté l'école très....perturbée et incrédule.

Ce que j'ai fait? Je n'ai rien dit à ma fille surtout, hé quoi? J'allais lui demander de faire montre de personnalité? WTF? Non mais vraiment, je me voyais mal lui "apprendre" cette qualité prisée par sa chère maîtresse tant appréciée par la petite fille de 5 ans qu'elle était, non je ne lui ai rien dit, j'ai opté pour la connexion de mon esprit avec l'Univers Invisible, entendez par là que j'ai prié à ma façon.

Lorsque je suis démunie je prie! Tout s'est bien terminé, je vous rassure, la maîtresse en question m'a fait des excuses au bout de la semaine mais je ne crois pas que c'est ainsi que je voyais la scolarité de ma fille. Depuis, j'ai appris que non la gentillesse n'est pas bienvenue en collectivité, j'ai appris qu'on apprenait aux enfants la délation quelquefois, que l'on pouvait discréditer les dires d'un élève par rapport à un autre mais pour ce qui est de bienveillance, point trop n'en fallait.

Je me suis remise de tout çà, j'en suis revenue, vais-je dire, pourtant au fond de moi demeure une foultitude de questions quant à la nature des êtres que nous sommes tous ici. 

C'est la même petite fille aujourd'hui adulte, qui me demandait hier si c'était elle qui avait un problème ou les autres avec sa gentillesse? Et être gentille supposait-il se laisser faire en tout temps, sans jamais s'énerver ni même proférer quelques gros mots et se mettre en colère? C'est elle qui me fait remarquer que sa bienveillance envers tout un chacun lui réservait quelques surprises de taille parfois sur le chacun en question! Et aussi combien tout un chacun pour ne citer qu'eux se demandaient si cette gentillesse était bien vraie?!

Ce matin, je la revois petite et déterminée, colèrique parfois mais apprenant de sa soeur aînée non pas à être gentille mais à ne pas blesser inutilement les uns et les autres, comme j'ai voulu le leur inculquer, aurais-je eu tort?

Je me défends de penser à une telle chose!! La gentillesse n'est rien d'autre qu'une seconde nature chez certaines personnes, on apprend à ne pas se laisser faire en grandissant, en vivant telle ou telle aventure mais en aucun cas, je ne regrette un seul instant d'avoir appris à mes enfants l'indulgence pour l'autre en face et la bienveillance en toute chose, parce que si on réfléchit au pourquoi de notre venue ici, on va immanquablement parler de l'amour qui devrait naviguer des uns aux autres.

Immanquablement! Et si mes filles ne le ressentaient pas elles aussi, elles auraient fait autrement, je les connais, nous sommes elles et moi tel des vases communiquants! Et j'aime cette image là! Qui fait de nous des porteuses d'amour.

Quand j'apporte un peu de mon écoute à l'autre, quand je mets de côté mes peurs et ma méfiance pour échanger un peu de mon parcours juste pour la ou le réconforter devant ce qu'il ne connaît pas, je donne un peu de moi en bien et cela me suffit, cela suffit à me rendre heureuse, pourquoi devrais-je m'en priver?

Si je laisse parler l'intensité de mon amour pour l'autre? N'était-ce pas ce que nous étions venus faire ici?