Tout comme la recherche du bonheur nous cheville au coeur pendant une bonne partie de notre vie, je dirais que vivre libre au quotidien est un autre challenge.

"C'est du boulot d'être libre! Le travail d'une vie. Il faut enquêter, faire le tri dans ses croyances, garder ce qui nous correspond et jeter le reste à la poubelle, et surtout, ne pas se sentir victime! C'est quand on se sent responsable de sa vie qu'on commence à être libre." C'est Michèle Laroque cette talentueuse actrice et réalisatrice qui nous le dit avec ses mots. 

J'adhère. Je suis la parfaite rebelle qui lutte pour la liberté, celle qui dérange, celle qui est hors norme, de toute façon vivre libre est hors norme par nature. Croire en soi et rien qu'en soi, payer le prix ferme et se dire que malgré tout on aura vécu jusqu'au bout notre vie selon nos préceptes et surtout ne pas se sentir victime, jamais, c'est vrai, s'assumer quoiqu'il advienne et ne rien regretter.

Je n'avais jamais réfléchi à tout ceci avant, mais ma vie, depuis un an m'y invite, elle m'invite à revoir mes bases, à ressentir mon vécu et à me poser des questions, les vraies sur le prix que je paie pour avoir voulu vivre libre sans me soucier du jugement des autres et de ce qu'ils pensaient de moi et si parfois je suis trop malheureuse et même un peu larguée par ma chère vie, je reste néanmoins certaine d'avoir eu raison de croire en la liberté pour moi.

Libre, comme le vent qui se soucie peu des jugements des uns et des autres, libre comme la bienveillance qui me caractérise, comme les mots de réconfort qu'il m'appartient de donner à l'autre qui croise mon chemin  pas très assuré lui même ces derniers mois, mais peu m'importe. Libre est le mot qui me sied le mieux, libre non pas comme une femme sans sentiments  mais plutôt comme celle qui n'a jamais eu besoin de l'approbation de l'autre pour exister et pour avancer.

Pour mettre en oeuvre les grandes missions de ma vie, pour élaborer mes plus grandes oeuvres si je puis dire, celles qui me tenaient à coeur, celles pour lesquelles battait mon coeur, il me fallait cette grande alliée qu'est la liberté, alors bien sûr là où la liberté a dicté sa loi, le jugement n'est jamais bien loin.

Oui, la vie n'est pas toujours facile mais pour la femme otpimiste que je suis qui se croyait à l'abri de ce genre de cliché, qui se pensait indéboulonnable, il m'a été donné de vivre l'autre face de la vie pour que je sache, que je témoigne de la vie dans tout ce qu'elle a de plus difficile, le jugement de l'autre sur ma vie à un moment crucial de ma vie et ce que j'ai découvert suite à ce bouleversement, à savoir  la liberté, oui quoiqu'il arrive, la liberté est toujours au bout de ma route, c'est fou mais c'est ainsi.

Encore plus lorsque la traversée du désert est éprouvante, alors la liberté est encore plus précieuse à mes yeux. Toutes les entraves d'une vie n'y font rien, toute petite à travers la religion déjà puis plus tard à l'adolescence, la liberté m'a toujours choisie, c'est comme ça que je la vois et non pas le contraire, elle m'a demandé le maximum et je n'ai pas regardé derrière moi, j'ai tout offert.

Je retrouve la jeune femme qui luttait âprement contre les superstitions et autres réjouissances tenaces inculquées tout au long de l'enfance, ancrées depuis toujours en elle, la jeune maman effrayée par les histoires de grand-mère mais attachée cependant à laisser s'exprimer la liberté qui la porte vaille que vaille, sous les regards désapprobateurs de sa famille! En quoi est-il si difficile de vivre libre, pourquoi? N'est-ce pas tellement plus simple et plus reposant de ne pas se croire indispensable à l'autre? 

Et bien c'est compliqué paraît-il! L'autre en face dans sa petite vie bien rangée selon ses préceptes devrait y trouver son compte mais non, il n'aime pas forcément la différence que vous affichez lorsque vous dites que cela vous importe peu puisque chacun fait comme il sent, non il n'aime pas que vous parliez au nom de la liberté.

Oui, la liberté dérange, le mot liberté est soumis à des contraintes, en son nom, il est interdit d'être libre et même qu'on ne doit pas faire n'importe quoi. Même moi, il m'est arrivé de me dire que j'avais eu tort, moi la rebelle insoumise, la folle éprise de liberté tant que je ne dérangeais que moi pourquoi il me serait interdit de vivre ma liberté?

Et bien non, je dérangeais, la vie me l'avait en quelque sorte signifié, les âmes bien pensantes pouvaient se réjouir, j'avais perdu la bataille, jamais je n'aurais dû me sentir libre et heureuse de l'être, jamais je n'aurais dû la proclamer, ma chère liberté, cela faisait tellement longtemps qu'ils attendaient ma reddition!

Les gens normaux et raisonnables aiment tellement la capitulation de ceux qui sont différents des autres, de ceux qui parlent avec respect de la vie des autres et de la liberté comme fidèle compagne!

Parce que si aujourd'hui, je ne sais pas grand chose il y a néanmoins une chose essentielle que j'ai apprise, c'est que lorsque l'on est épris de liberté on respecte encore plus la vie de l'autre, oui c'est çà on se sent humble devant la vie des autres, quels qu'ils soient. On connait le prix de l'effort fourni pour vivre libre!