La vie, ce manège fou, qui, tantôt me transporte tantôt me donne le vertige, me pousse actuellement à faire une cure de rêves!

Rien que de l'écrire, j'ai trop envie de rire, une cure de rêves, suis-je folle?

Oui je veux bien être folle lorsqu'il s'agit de rêves, parce que mes rêves me demandent de savoir prendre des risques et de saisir l'aubaine, or risques et aubaine sont des mots que j'aime, ne dit-on pas "suis tes rêves car ils connaissent le chemin?"

Lorsque je m'égare dans les méandres de la vie, ils représentent l'espoir qui, tel un phare me guide, qui me parle de croire en moi à nouveau en donnant vie à l' un des leurs car quand plus rien n'existe il me reste les rêves que je le veuille ou pas. Pas? 

Oui parce que quelquefois je doute, même de mes rêves. Je ne veux plus croire en eux, je les mets avec mes déboires alors que justement ils ne peuvent en aucun cas être du même bois, d'ailleurs ils ne sont pas, ils volent et chantent au pays de mon imaginaire, ce pays que j'affectionne tant lorsque je ne doute pas et que j'oublie lorsque je suis éteinte....momentanément.

C'est pour cela que ma vie me demande en ce moment, d'en faire une cure, un peu comme si je devais recharger mes batteries en magnésium, sauf que l'enjeu est autrement plus important que tout, il s'agit ici de miracles, oui à écouter mes rêves, j'ai appris que les miracles survenaient lorsque j'accordais autant d'énergie à mes rêves que j'en accordais à mes peurs!!

Follow your dream n'est pas qu'une citation à mes yeux,  c'est bien plus que cela, c'est l'éternel renouveau que seuls les rêves savent transmettre, comme si les mots s'emparaient de mes mains pour m'entraîner dans une farandole, celle de la vie que j'aurais tendance à bouder alors, tandis que mes rêves prennent le relais de ma vie en m'insufflant l'ultime espoir, celui d'y croire encore.... 

En faisant battre mon coeur un peu plus fort pour me montrer combien j'existe tant encore, en me chuchotant combien il serait tentant de vivre pour  tout ce que demain a à m'offrir et non pour ce que hier m'a enlevé. En me glissant une clé magique dans ma poche, la clé de ma joie de vivre que j'ai tendance à prêter à tout un chacun quand tout va bien oubliant de leur demander de me la ramener vite fait...

En me racontant une histoire que je ne connais pas encore, la mienne pourtant, dont les pages n'ont pas encore été effleurées par mes doigts mais que je chéris déjà à les écouter, ces rêves qui sont miens eux aussi et feront partie de cette histoire là, je n'en doute pas une seconde.