Ce matin, à la faveur d'une discussion dans la voiture entre mon fils et moi et bien que ce soit moi qui parlais le plus, le mot honte est revenu plein de fois, cela m'a intriguée et attristée, d'où ce besoin que j'ai de vous parler de la honte avant de l'oublier.

Combien de fois ai-je entendu ce mot depuis toujours? C'est le constat qui s'est imposé à moi dans la voiture tout de suite lorsqu'on a commencé à parler du sujet qui nous préoccupe ces derniers jours à savoir l'orientation après la classe de 3ème.

Sans entrer dans les détails, cette fameuse orientation qui est la première grande décision de notre fils de 14 ans bientôt 15 n'est pas sans quelques heurts somme toute banals lorsque à l'adolescence on se cherche et qu'on se sent pris au piège de la société de consommation qui plus est, pour ne citer que l'un des pièges les plus visibles!

Mais ce qui n'est pas banal c'est de ressentir ou de croire que ce serait une honte de choisir telle ou telle orientation, là ce n'est pas du tout banal, en fait la honte fait tellement partie de nous, de notre vocabulaire, de notre façonnage ai-je envie de dire, que je me suis vue contrainte de lui expliquer ma vision de la honte si jamais ce mot existe pour moi, me disais-je en mon fort intérieur! Et bien il existe!

Oui, bel et bien, parce que excusez-moi du peu mais on n'a jamais oublié de parler du pardon à nos enfants, de la honte qu'ils auraient si jamais si ils faisaient ci ou çà, des excuses qu'ils doivent souvent faire mais on oublie par contre de parler de l'amour à nos enfants, l'amour pour eux, que leur vie leur appartient, qu'ils vont choisir un peu avec nous pour l'avenir mais aussi en fonction de ce qu'ils attendent de la vie. Or c'est trop tôt dans leur tête, tout çà, comment penser qu'ils savent vraiment ce qu'il leur faut, il nous appartient de tout leur expliquer avec amour justement, mais parler de honte fait fuir l'amour quelquefois!

Petite j'ai souvent entendu que je devrais avoir honte de penser comme çà, d'agir ainsi, de manquer de respect par ici ou par là, honte de me regarder dans le miroir, honte d'oser penser que j'étais une bonne personne ou une jolie personne, que sais-je, honte d'exister? On a omis de me dire que je devais vivre pour moi, que je devais m'aimer, un peu, beaucoup et de ne pas faire ce que les autres attendaient de moi mais ce que moi, je voulais de ma vie! Que sans les erreurs je n'aurais pas compris ma vie, tout ceci je l'ai dit à mon fils ce matin, qu'il avait le droit à l'erreur, que la vie nous offrait des occasions de faire des erreurs, que nous étions là aussi pour le guider, qu'il ne fallait pas s'inquiéter plus que çà!

Parce que sinon on en avait des situations dans lesquelles la honte est l'actrice principale, on est formaté pour la ressentir celle-là!

C'est vrai rien que de l'écrire,  j'ai peur là! Quand du haut de ma maladresse, il m'arrive de coincer mes cheveux dans la portière, ou de me prendre la porte coulissante de la boulangerie(!) et donc de saigner du nez devant témoins, dois-je avoir honte? Il semblerait que oui! Et pire encore quand on glisse sur le trottoir et qu'on se ramasse avec un bleu aux fesses, là encore c'est trop la honte, non? Si!

Ma sensibilité ultra ....sensible fait que oui j'ai honte ou je devrais avoir honte mais la vie étant passée par là, aujourd'hui je n'éprouve que peu de fois la vraie honte qui fait monter les larmes aux yeux!

Pourtant, dernièrement ai-je expliqué à mon fiston, j'ai vécu un revers de la vie comme si j'étais tombée mais au sens figuré de la chose et je n'en ai pas ressenti de honte, non, quelque chose de plus grand que la honte, une humiliation certaine devant les ragots des uns et des autres alors qu'ils n'avaient pas voix au chapitre, çà oui, mais honte non, je le confesse en toute humilité!

Et surtout lui ai-je demandé à la fin de cette tirade, si tu tombes et que la honte te submerge, tu ne te relèves plus alors?

Ne jamais éprouver de honte serait plus judicieux, je pense, éprouver des remords pour un acte aux conséquences désastreuses sur nos proches, je ne dis pas mais de honte pour une maladresse, pour une erreur qui ne concerne que nous, non, définitivement non!

Cette discussion et mise au point a été indispensable à mon sens, afin de ne pas lui ôter toute la confiance qu'il semble avoir en lui et dieu sait que ce n'est pas chose si aisée dans cette vie!

De toute façon parler d'amour ne peut que aller dans le bon sens! De mon humble avis et d'ailleurs cela m'aura permis de me rendre compte de la place importante que la honte a dans nos vies et ce depuis toujours, un mot qui compte double au scrabble de la vie, car ce sont les règles de notre société qui lui ont donné une place de choix!