Il m'arrive de penser que je viens d'une autre planète.

Que je ne suis pas d'ici, mais sommes-nous d'ici, tous autant que nous sommes, nous arrivons tous un jour d'une autre contrée, avec dans nos yeux des pensées pour un ailleurs inconnu de ceux d'ici.

Et si je pleure sur cet ailleurs c'est parce qu'une part de ce que l'on nomme bonheur ici bas, une part de ce bonheur qui me tient à coeur est resté là bas.

Alors je crois que l'on court tous à la recherche de ce qui n'existe pas ici, cette part là.

Je crois.

Et aussi que le bonheur en fait se cache au fond de nous et que dès notre naissance nous détenons une parcelle de ce bonheur qui nous est personnelle et différente de celle de notre voisin par exemple. Tant de questions resteront sans réponse dans cette vie, aussi il me plait de croire que de là d'où je viens ils m'attendent avec impatience et bienveillance ces "âmes guides" qui manquent à ma vie ici bas.

En parler par écrit c'est me raconter une histoire bien plus vieille que moi, qui me connait sûrement plus que je ne me connais moi même. C'est accepter de me laisser guider par cette histoire dont j'ai des réminiscences comme des flashs pour me rappeler que je suis avant tout une âme en voyage dans un corps de fille.

Mes doutes, mes peurs, mes joies, mes douleurs comme de mes décisions inexplicables sont en partie liées à cet endroit que j'ai laissé pour vivre toutes ces expériences que j'appelle la Vie.

Toutes ces expériences que j'ai préparées avec ceux qui m'aiment et qui savent réellement qui je suis, j'aime à le penser, j'aime croire en cela, j'ai rencontré des traces d'eux ici à travers mes lectures, à travers mes mots sur ce blog, ou encore dans mon rire, dans mes pleurs lorsque je ne comprends plus rien.

A chaque fois que j'ai accepté de donner la vie à mon tour, j'ai eu comme l'impression de reprendre contact avec eux. Oui, parfois accepter de donner la vie sans se poser de questions, sans se dire que non décidément je ne peux pas et que les conditions ne sont pas top, fût juste. Il a été juste d'accepter d'ouvrir une fenêtre entre ceux qui savent qui je suis et le pourquoi de ce voyage ici.

Ce fût juste de me reconnecter avec l'humilité de mon âme. Comme de regarder le ciel au crépuscule et me dire qu'il y a des secrets entre lui et moi et qu'à cette heure là, il me semble les lire à travers les nuages.

Ne pas écouter la raison mais vivre la folie plus que de raison, est à mon sens la plus belle forme de relation que j'ai avec ceux qui savent des choses que j'ignore de moi et qui veillent sur moi de cette planète oubliée de moi!

Alors oui, je dis oui à la vie dans toute son authenticité, il n'y a plus d'épreuves, plus de douleurs, plus de chagrins ni de mauvais moments, il n'y a plus d'erreurs ni de mauvaises décisions ni d'occasions ratées, de disputes et d'incompréhension, il ne reste que le voyage et ce qui fait ce voyage, rien d'autre.

Alors oui j'ai fait des enfants, oui, j'ai dit oui une nouvelle fois même quand tout était incertain et en disharmonie entre nous, parce que oui nous nous étions donnés rendez-vous ici bas pour accomplir ce voyage ou un bout de ce voyage ensemble....Parce qu'à chaque fois que je croise le regard d'un nouveau-né je me dis qu'il m'apporte des nouvelles de cette planète lointaine, qu'il se souvient encore et que nous nous étions donnés rendez-vous. Et lorsqu'il pleure, je comprends son chagrin et le manque d'eux.

Parce que tout n'est qu'incertitude de notre point de vue, comme cette montagne d'où je suis assise et d'où je crois voir une ville? un pays? Mais peut-être n'y a-t-il rien de tout ceci, peut-être que ce que je crois être une ville n'est qu'une autre montagne....

Je ne connais pas tout, est le sentiment que j'ai après de longs mois de difficultés et si je m'en sors au fil des jours et que je reprends non pas les rênes de ma vie mais que je marche à nouveau dans les pas de ma vie,  c'est que l'Amour seulement est venu à bout de mes réticences, de mes peurs et de mes douleurs. 

Pour l'avoir tant écrit et tant ressenti, peut-être en étais-je venue à me sentir sûre de moi, peut-être avais-je oublié combien on est testé ici sur cet Amour en question et peu importe sa forme et si j'ai vacillé, j'ai reconnu l'empreinte de ceux qui me guident, une nuit, à travers les étoiles de la voûte céleste et j'ai décidé de me laisser porter par eux.

Parce que je viens d'une autre planète et qu'il est bon de me le répéter lorsque je ne comprends plus rien, que la colère envahit mon coeur avec raison d'après moi mais que je la sais si mauvaise conseillère, que je m'égare...

Est-ce bien la ville ou le pays que j'aperçois de ma montagne? Moi qui viens de cette contrée dont les souvenirs me portent les nuits de pleine lune ou encore les jours de pluie ....lorsque mon âme me cherche dans le dédale de ma vie.