J'aime cette expression là, exemplaire unique!

C'est vrai, bien souvent on oublie que l'on est un exemplaire unique, une singularité sur terre, un modèle.....non reproduit. Et puis à la faveur d'événements impromptus, tout à coup on se souvient, comme si un voile se déchirait et nous montrait ce que l'on savait déjà bien sûr, à savoir que nous sommes tous des modèles uniques.

Voilà bien ce que ma vie tend à me faire redécouvrir de moi, voilà bien ce qu'elle murmure à mon coeur en ce moment, après les tumultes de ces derniers mois. Un peu comme si elle me tendait un miroir pour que je la vois me parfaire, m'apprêter à travers ses soubresauts et me parer de tuniques sans pareilles pour que je prenne goût à ce nouveau moi.

Moi qui ai vu le jour sous le signe du Bélier et qui ces dernières semaines n'ai plus rien ressenti de sa fougue ni de son impétuosité mais bien au contraire l'ai senti tout faible se replier sous ses blessures, me rendant chèvre, moi qui étais si folle de mon signe astrologique jusqu'à en faire un article un jour, jusqu'à oser m'imaginer débouler tel un bélier dans la vie des autres que vous étiez, voilà qu'aujourd'hui, je le sentais freiner des quatre fers et pourtant.....Serait-ce pour mieux foncer bientôt?

Pourvu que, pourvu que... le savez-vous que lorsque tout va de travers je me répète ces deux petits mots, pourvu que, mon Dieu pourvu que tout cela ne soit juste qu'un passager clandestin dans ma vie,  un petit cauchemar de rien, tant d'entre nous souffrent déjà mille morts par ces temps qui courent....Or devant la souffrance, plus rien ne nous sépare, on est tous égaux. Ne dit-on pas que la douleur change les gens après les avoir égarés?

Moi, je veux manger encore tout mon pain blanc que j'ai pris soin de garder précieusement, je veux courir encore les cheveux aux vents dans les grands chemins pavés d'amitiés inédites et aimer encore. Et découvrir encore avec avidité la force des liens qu'une descendance crée, le coeur battant la chamade devant un nouveau-né qui serait notre prolongement parce que son enfant à elle ou à lui, eux nos enfants d'hier....

Moi je veux partager encore et jusqu'à demain un peu de moi avec ceux qui ne manqueront pas de faire un bout de route avec moi dans cette vie si surprenante et déroutante à certaines heures.

Je veux plus que jamais conjurer le mauvais sort qui voudrait me laisser croire que puisque hier fut un douloureux chapitre, le livre de mon existence ne serait pas aussi savoureux que j'aimerais le penser. Oui plus que jamais le contrer pour ne plus me dire une fois encore, ah si seulement je n'avais pas agi de la sorte, alors qu'au fond de moi je le sais bien que rien n'est bon ni mauvais, tout est à prendre dans ma vie....avec légèreté et rire.

L'exemplaire unique que je suis est à un carrefour de son existence et deux chemins comme hier, s'offrent à moi, vais-je choisir comme il y a bien longtemps je l'ai fait, celui que personne ne fréquentait ou bien aujourd'hui est-il un autre jour et moi une autre femme que celle qui défiait le monde à l'aube de sa vie?

Je suis celle qui laisserait désormais la parole à son enthousiasme débordant pour la vraie vie! Qui se jetterait volontiers dans le flagrant délire dicté par le grain de folie et qui ne laisserait plus jamais quiconque ternir cette joie qui est moi, inséparable à jamais de mon âme solaire.

Voilà qui est dit, être soi pour toujours, faire du bonheur qui sommeille en moi le plus bel instantané de vie! Lui dire nous à chaque seconde et lui dédier le mot ensemble à chacune de mes pensées et lui chanter des chansons que seule ma vie sait!