Les gens normaux lisent le journal et boivent du café en même temps, il paraît, oui que les gens normaux lisent le journal dès le petit déjeuner!

Je ne suis pas normale c'est sûr, je le savais depuis toujours mais depuis hier, c'est un fait reconnu, je ne lis pas les journaux et surtout pas en buvant mon thé matinal.

Je les parcours à peine de loin et de moins en moins, tant ils me dépriment et que le seul fait d'entendre de bon matin parler de journaux à la maison me tue!

La chanson de Stéphan Eicher me trotte dans la tête, si, cette chanson qui dit qu'elle veut prendre son petit déj en paix! C'est vraiment trop top ces paroles là, il fallait y penser!! C'est vrai quoi, il y a tant de choses extraordinaires à capter de bon matin, tant de bruissements féériques de la nature généreuse, jamais avare de partage en tout genre, qu'on se demande bien pourquoi les gens tiennent absolument à rester normaux!

L'homme est un animal dit cette chanson et je le crois volontiers quand j'entends des papas conseiller à leurs enfants de lire les journaux, ils empiètent même sur la vie de leur tendre et chère en leur tendant à bout de bras non pas la becquée mais les gros titres les plus emmerdant, les plus repoussant, qui a envie de çà de bon matin, je vous le demande!

Les gens normaux bien sûr, ceux qui s'abreuvent des gros titres et qui se droguent aux infos et dire qu'il fut un temps, celui béni de l'ORTF où les infos en question étaient dispensées avec Parcimonie! Ah la nostalgie de ce doux prénom tout à coup remonte en moi, Parcimonie, n'est-ce pas une belle consonance pour un juste regard  sur ce qui se passe dans le monde?

Car loin de moi l'idée de n'avoir aucune nouvelle de quelque sorte du monde entier, mais je me disais juste que je suis cernée de toute part, emberlificotée par un trop plein de lectures inutiles à mes yeux tant et si bien que je sens mon énergie éparpillée par ce trop!

Même les journaux "people" ne me font plus aucun effet! C'est vrai, qui cela intéresse-t-il de savoir que Carla Bruni soit désormais délivrée, libérée....et livrée toute entière à sa musique?

En tout cas je connais la rareté de certains moments,  que je nommerais pleins de l'existence lorsque le temps ralentit son rythme pour écouter le premier cri d'un nouveau-né à la vie, ce temps précieux où plus rien ne semble compter que ces petites pierres précieuses glanées ici et là, comme une main ouverte à la vie. Ces petits riens qui m'emportent loin du tumulte qui gronde en moi pour me rappeler que là-bas au loin la montagne rejoint presque le ciel rien que pour moi parce que je sais si bien le voir...

Alors les infos, les journaux et tout ça sont relégués à un autre plan, ils existent toujours bien sûr pour la place que je daigne leur accorder le temps de me mettre au courant, de prendre des nouvelles de ma chère planète mais je reconnais que je ne leur donne plus la même priorité parce que j'ai compris qu'ils m'éloignaient quelquefois de moi, de la musique de mon âme qui m'est si indispensable pour écouter mon coeur et accomplir ce que j'aime appeler ma mission ici!