Depuis toujours je traîne derrière moi une réputation de femme courageuse et forte qui parfois me laisse dubitative, oui dubitative quant à celle que je suis. Non pas que je renie cette part de moi, pas du tout, d'ailleurs je ne me renie jamais! Simplement le titre de forte me gêne un peu en ce moment!

Pourquoi?

Je vais essayer de savoir pourquoi ce mot me gêne aujourd'hui alors qu'au fond de moi je sais que nous sommes toutes fortes et puissantes telles des déesses, que nous avons en nous des ressources inépuisables et inconnues de nous pour faire face aux intempéries de la vie et rebondir! Rebondir a longtemps été ce qui me représentait le mieux, j'aimais ça, alors pourquoi aujourd'hui, ai-je du mal à me reconnaître en Tigrou??

Peut-être parce que depuis quelques mois, je me sens comme impuissante devant les tornades successives de ma vie et que je peine à retrouver mon bel équilibre, celui qui me faisait danser sous la pluie en attendant que l'orage passe, ou bien qui me faisait dire que rien, non vraiment rien ne pourrait me gâcher ma joie de vivre retrouvée après des traversées de désert infini!

Oui, en somme je me sens comme en déséquilibre actuellement, il me faut urgemment une cure de rêves et de citations positives, mais encore faut-il aussi qu'elles me parlent, ces citations que j'ai retrouvées dans mon carnet et qui racontent mes états d'âme d'alors quand je croyais en moi, qui disent que les miracles surviennent lorsque tu accordes autant d'énergie à tes rêves que tu en accordes à tes peurs, que l'espoir est comme un phare, il n'arrête pas la tourmente mais il guide! 

Ces mots qui me portent depuis toujours sans que je le sache mais qui sont moi, qui me ressemblent tant!! Je n'ai pas besoin de les lire d'habitude, ils sont moi, je les vis!

Or voilà que depuis quelques temps la force du vent est telle que je suis obligée de me laisser emporter, oui carrément emportée je suis, brinquebalée et bousculée de toute part et que mes citations ont changé du coup, aujourd'hui c'est plutôt la vie est un manège fou ou un joyeux combat qui te demande de risquer tes rêves ou encore prends donc bien soin d'aujourd'hui puisque hier n'est qu'un rêve et demain une vision d'espoir! 

Oui d'autres mots sont devenus moi à mon insu je crois, non pas que je le regrette mais un tout petit peu quand même parce que au fond de moi, ils me demandent surtout d'accepter de ne pas être forte pour l'instant.

Pour un instant seulement. Je veux le croire de toutes mes forces! Pour autant je ne serais plus jamais la même d'avant, le changement est en train. Accepter de ne plus être forte?

Oui baisser la garde et dire que finalement je ne danse pas sous la pluie diluvienne qui s'abat sur ma vie depuis quelques mois, parce qu'elle me fouette le visage insolemment et que la regarder en face je ne peux pas et qu'il n'y a pas d'orage, non, ce n'est pas une pluie chaude d'été accompagnée de l'orage! 

Celle là je la connais pour avoir dansé à travers son voile maintes fois ces dernières années, elle ne m'empêche pas d'écouter la musique de mon rire, ni mes mots de se changer en questions providentielles, elle me rend forte au contraire, danser sous cette pluie là me prouve que je suis la force et la puissance faites femme, sa musique me réveille de bon matin et m'invite à l'impatience de vivre, à l'amour de la vie!

Tandis que la pluie diluvienne est accompagnée de vents terribles qui me demandent de me replier sur moi, de ne plus me poser de questions, aucune question, et de reconnaître ma chance dans la tempête, ma chance d'être tout simplement.

Forte et courageuse, certes mais là n'est plus la question de le savoir, il me faut être. Heureuse, certes ma joie de vivre m'anime toujours et heureusement mais là n'est plus la question de me demander si je le suis, il me faut juste vivre et accepter de ne pas être en position de contrer les tornades, de riposter et de me battre comme je sais si bien le faire.

Voilà le fin mot, je me dois de respecter ce qui est contre ma nature pour une fois, ne pas être forte et me dire que j'aurais la réponse demain sur le pourquoi de cette situation qui me dépasse. C'est une première pour moi!

Me contenter d'attendre. Ne plus savoir respirer quelquefois, suffoquer sous l'assaut des bourrasques et ployer sous les aiguilles de cette pluie qui n'en finit plus...

Attendre non pas le bonheur pour demain, ah non pas lui,  je l'ai mis à l'abri dans la forteresse qu'est mon coeur, il y sommeille en attendant son heure, non, attendre pour suivre mes rêves qui eux, connaissent le chemin, attendre pour rire à nouveau sous la pluie chaude d'été et attendre surtout pour aimer sans retenue!

Je crois bien que si il y a une chose que je n'aurais pas aimé avec la vie sur Terre, c'est bien d'attendre. Et cette période que je traverse me demande précisément d'accepter d'attendre, deux verbes terribles à vivre pour moi, je vous le promets!

Aussi et malgré ma chance inouïe de vivre, je reconnais que parfois être heureux est tout simplement interdit, oui c'est fou mais il y a des jours dans la vie d'un être où il lui est interdit d'être heureux, et il lui faut l'accepter!

Accepter de ne pas tout comprendre mais par contre aller à l'essentiel, c'est à dire continuer à aimer malgré tout, même quand ceux que j'aime le plus semblent être les instruments de la vie et que déguisés par la malveillance, je peine soudain à les reconnaître.

Oui accepter de ne pas être heureuse alors et de ne pas être forte tout à coup!

Voilà, c'est simple, j'ai dit simple?

à toi Nathalietoutsimplement, puisse ce texte qui t'est entièrement dédié, avoir répondu à tes questions sous mes articles qui me font toujours plaisir et m'inspirent si bien! Bien à toi!