C'est incroyable comme on passe notre vie à s'attacher, à la vie déjà, en tout cas moi je vis ma vie ainsi, parfois lorsque je pense à elle, je me dis que c'est fou et inimaginable que tout cela puisse s'arrêter tout à coup sans préavis, donc la vie déjà pour moi est pareille à un aimant vers lequel je me sens attirée, puis les autres, tous ceux qui croisent ma route, ils ne sont pas que les autres, ils sont importants.

On s'attache, que l'on veuille ou pas, que l'on soit maître de la situation ou bien que l'on croît l'être, c'est du pareil au même, on s'attache, je le crois fermement!

Si je prends ma conception de la vie, je suis la première surprise de cet attachement pour l'autre, pourquoi? Parce que c'est inné chez moi, j'ai un grand respect pour la vie en général mais surtout pour la vie de l'autre en face de moi, je ne veux en aucun cas empiéter sur son territoire de quelque façon que ce soit, j'ai toujours eu cette manière de comprendre qu'une vie n'appartient qu'à soi mais cela ne m'empêche pas de m'attacher à l'autre et de m'en détacher par la suite d'ailleurs mais nous y reviendrons!

Je crois qu'on a besoin de l'autre dès l'instant où l'on fait notre apparition sur cette terre et comment pourrait-il en être autrement?

Nous sommes liés et reliés, par l'amour, j'aime à le croire bien que rien ne soit simple! Cela est bien vrai, tout est compliqué à vivre, bien que j'entende régulièrement même de moi,  pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, seulement voilà tout ne dépend pas que de nous mais des autres aussi, de ceux que nous aimons, de ceux qui comptent pour nous, comment faire simple quand nous sommes si différents?

Riche de cette différence mais différente et attachée aux uns et aux autres, j'ai dû apprendre le détachement, j'ai dû apprendre à larguer les amarres, vis à vis de ceux qui comptaient et dont je ressentais le manque dès qu'ils s'éloignaient un instant mais aussi envers ceux qui attendaient énormément de mon attachement, de mon besoin d'eux!

Parce que c'est ainsi,  même ceux qui disent qu'ils veillent à ne pas s'attacher, ont besoin de mon attachement à eux si je puis m'exprimer en ces termes! On compte sur les uns et les autres ici, mais on ne veut pas l'avouer, à soi en premier, on a trop peur de s'abandonner je crois, comme si on pouvait faire autrement, aimer sans s'abandonner, où est le charme ai-je envie de demander, vivre sans souffrir aussi on aimerait, rien n'est simple c'est sûr!

Alors? Alors on s'attache parce que sinon on sombre, comme un bateau qu'on a oublié d'arrimer...

Moi je vais vous dire un secret, j'ai aimé m'attacher à ceux qui ont compté pour moi, mes parents, ma soeur, mes frères, mes amis, mon homme, mes enfants, et tous sans exception m'ont appris et ont veillé à ce que ce soit su chez moi, le détachement à leur personne un jour ou l'autre, tous ont contribué à mon indépendance, à mon envolée et je leur dis merci du fond du coeur, c'est une des plus grandes leçons ici pour moi, apprendre le détachement.

Parce que autant j'ai aimé m'attacher aux êtres qui ont compté, autant j'ai eu mal parfois, non pas parce que nos chemins se séparaient, oh si c'était seulement cela! Mais hélas ceux qui comptent ont le pouvoir aussi de blesser mon âme, de me montrer un visage différent un matin et de devenir indifférents dans leurs gestes, leur regard, leurs mots et là je reste abasourdie. Rien ne ressemble plus à un Homme qu'un autre Homme devrais-je dire, alors la bouche qui console est aussi et malheureusement celle qui blesse aussi!

Et j'ai appris combien il était essentiel, vital de, non pas m'attacher, je ne peux aller contre ma nature, non, mais m'attacher pour mieux me détacher, oui j'aime aussi désormais me détacher de ceux que j'aime et que je continue à aimer aussi fort d'ailleurs.

Ceux là même qui parfois me disent, muettement, ne t'attache pas à moi comme si ils m'appelaient au secours bien avant que l'inéluctable n'arrive, aime-moi mais ne me laisse pas t'aimer et m'attacher, je t'en supplie, oui, je les aime en m'attachant parce que je ne sais aimer que comme cela moi et j'ai envie de leur dire, ne crains rien car le temps veille et sait quand il faut dire pouce, abandonne toi à l'attachement le temps d'un rire!