Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes, dit une chanson de Ferrat, pourtant il m'arrive aujourd'hui plus que hier de rêver d'une pause bonheur.

C'est quoi au juste une pause bonheur pour moi? Comment cela cette expression n'existe pas!! Mais si, avec le mot bonheur on peut tout inventer, c'est ça le bonheur!

Donc la pause bonheur pour moi, c'est une halte dans une vie trépidante qui m'a demandé énormément ces dernières années tellement que j'ai l'impression d'avoir couru, couru, puis gravi des montagnes, puis être redescendue en rappel ou presque, avoir frôlé la falaise, m'être suspendue dans le vide et enfin avoir pu toucher la terre ferme!

Et aujourd'hui je veux juste vivre quelque chose de différent, le temps de mettre mes défis sur pause, une pause salvatrice juste pour repêcher mon petit bonheur qui m'attend sagement au fond de mon coeur. 

Voilà, c'est simple, je rêve d'une pause bonheur. Moi qui ne parle jamais de mes rêves, pas par superstition mais par pudeur, par peur de les voir m'échapper un peu aussi, aujourd'hui je vous livre un scoop les amis, mon rêve le plus cher serait d'aller à la pêche, de prendre mon temps pour lui, comme à la pêche à la ligne des kermesses de mon enfance, pour l'attraper ce morceau de rêve au bout de ma ligne!

Déjà que moi, j'adore penser que le préfixe du mot bonheur trouve sa racine dans notre enfance, pas compliqué du tout si on arrive à retrouver les petites joies qui sont nos premières empreintes et parfois sous l'assaut de la vie et de ses aléas c'est justement grâce à notre enfance que nous nous relevons de certains grands chagrins. J'aime à le croire, pour moi c'est un peu ça.

Quand le sol s'ouvre sous mes pieds et que je perds le fil de mon existence, je me raccroche à cette part d'enfance qui me tend la main alors pour me hisser jusqu'à elle.

Et je renoue avec le bonheur de vivre tout simplement. Depuis toujours plein de petites choses me comblent dans le fait de vivre, regarder le ciel par exemple, fut un de mes passe-temps toute petite, le penser vivant et entamer une conversation avec lui en jouant à la marelle avait le don de me transporter jusqu'à lui!

Voyager à travers les mots des livres et sentir battre mon coeur au rythme des aventures de mes héros en est un autre de bonheur tout comme tricoter, rire, papoter et me vautrer dans l'amitié, la cultiver dans les jours fastes et la récolter les jours un peu moins bons, c'était trop top! Cuisiner avec amour et convoquer la vie en toute chose pour l'animer!!

Oui je le connais mon bonheur, il est à moi, en moi, je l'ai déjà côtoyé, il m'attend, en ce moment je le laisse me conduire vers lui, il me ramène inlassablement à tout ce qui a fait de moi celle que je suis. Toutes les formes de moi se mettent alors à faire une farandole autour de celle d'aujourd'hui pour lui rappeler combien elle a aimé être en devenir.

J'ai un immense besoin de me souvenir de moi à l'aube de ma vie de femme actuellement! Parce que à l'heure où il me semble essentiel de laisser mes chagrins m'apprendre certaines choses pour mieux apprécier la pause bonheur et m'y envelopper pour un moment, je sais également que me souvenir de moi à certaines époques clés de ma vie, c'est appeler le bonheur.

Oui le nommer ainsi quand on l'ignore encore, quand on ne le connait pas et qu'on ne le cherche pas encore mais qu'il est déjà présent dans tout ce qui fait nous.

Je me souviens de mes cheveux libres comme moi et de mes chemises à carreaux, de mes mocassins indiens et de cet impression indescriptible de liberté qui m'habitait, le bonheur y était, je vous le promets.

Me souvenir de moi à cette époque là ravive en moi la sensation de porter depuis toujours le bonheur ou quelque chose qui y ressemble, c'est pourquoi comme des enfants qui attendent avec impatience la pause goûter, moi j'attends ma pause bonheur.