Ce matin il a plu et parfois la pluie, surtout celle du matin, me laisse songeuse. Un peu comme si j'étais au spectacle, un spectacle qui ne se raconte pas vraiment tant la pluie garde un petit côté secret et magique à mes yeux, depuis que je suis petite. Le spectacle de ce matin de jeudi m'a laissée quelques questions sur moi et ma façon personnelle de vivre ma vie.

Comment la vivre sans conflits perpétuels, est l'une de ces questions que la pluie m'a offerte.

Je vous ai déjà dit que je n'aimais pas les conflits?

Non? Je n'aime pas du tout les conflits, mais souvent lorsque je pense à cette phrase que je dis lorsque je n'ai pas envie d'en découdre, je me dis que la personne en face de moi peut être amenée à penser que je me débine! Oui, que je n'assume pas mes dires ou mes opinions tranchées....Ou bien encore que je n'ai pas le courage d'en débattre, que sais-je...

Pas grand chose sur ce qu'on pense de moi ou du moins je fais celle qui ne comprend pas mais je vois très bien l'instant précis où l'autre va dégainer son arme de choc pour me dire que si je ne veux pas en parler c'est parce que je suis outrée d'être critiquée!

Voilà, critiquée, et parfois j'ai envie de répondre que critiquer pour critiquer ne fait rien avancer du tout, par contre échanger des arguments avec bienveillance et discuter est toujours possible, simplement l'autre peut ne pas l'entendre ainsi et le conflit est lancé!

Que je le veuille ou non, de toute manière, le conflit fait partie de ma vie, depuis ma plus tendre enfance!

Je viens d'une famille dans laquelle le conflit règne en maître, dans les moindres détails, à la moindre chose tout devient sujet à discussion et donc peut faire naître un conflit. Rien n'est harmonieux dans nos rapports, bien que depuis toute petite je veuille réconcilier l'irréconciliable, je m'avoue grande perdante aujourd'hui encore lorsqu'il s'agit d'échanger entre nous.

Et si souvent je dis que je n'aime pas les conflits, c'est que je me rappelle des réunions de famille houleuses, des discussions à table ou sans table à n'en plus finir, des commérages sur tel infime détail de religion ou autres sujets sensibles qui en écorchaient plus d'un, je me souviens des battements de mon coeur devant la colère noire qui emportait tout sur son passage et défigurait celui ou celle que je croyais connaître!

Et pourtant dans ma vie de tous les jours depuis que je suis adulte, je me rends compte que quelquefois le conflit est nécessaire pour m'apprendre à mieux me connaître, à me fixer des limites dans ce que je peux supporter ou du moins accepter. Dans ma façon d'être tout simplement!

Je rêve d'une vie sans conflits néanmoins, je me fiche d'être critiquée, je n'ai pas à me justifier de mes pensées ni même de mes actes tant que je ne mets pas les autres en danger, et si il y a bien une chose sur laquelle je veille, c'est celle-là.

Mais rien n'est simple dans les relations et si auparavant j'avais le vent en poupe et que j'aimais débattre sur tel ou tel sujet jusqu'à pas d'heure, la vie m'a changée à travers mon histoire ou alors mon histoire qui s'écrit au fur et à mesure que les pages de mon existence se noircissent de mes aventures vécues me dicte les priorités.

Et désormais discuter telle opinion de l'un ou de l'autre ne fait plus partie de mes priorités. La vie me tire par la main furieusement et me demande de regarder sans discuter s'il vous plaît dans des directions qui réclament urgemment mon attention.

Il semblerait, vu ce que je ressens! Parce que oui, je ressens l'urgence parfois de clarifier certaines situations bancales, certaines décisons en attente d'être prises et alors ma question de ce matin revient en force, vais-je devoir passer par un conflit pour désamorcer la bombe?

Et souvent c'est oui, hélas oui, le conflit est bel et bien nécessaire lorsque j'ai laissé la situation en question prendre son aise.

Le conflit entre alors en scène et me met devant cette part de moi qui le déteste en me demandant d'assumer la situation et en réglant le problème à ma manière mais avec obligation de résultat!

Me voilà donc obligée d'en finir en acceptant le conflit et en comprenant la leçon, ce qui n'est pas toujours évident, cela dit quoique je fasse, je suis confrontée un jour ou l'autre au conflit!

Je vous ai dit que je détestais le conflit? Peut-être devrais-je l'apprivoiser avec justesse?? J'ai dit justesse?