Jusqu'à présent je croyais non pas avoir tout bon, mais avoir agi dans l'intérêt de tous, avec ma conscience et l'envie forte d'apprendre à devenir meilleure, je ne crois pas n'avoir jamais désobéi à mon cher Jiminy Cricket et pour cause, la bienveillance a toujours été présente lors des épreuves les plus pénibles....Mais désormais je crois que je vais prendre des vacances.

Oh mais voyez-vous çà et pourquoi donc?

Parce que ma vie a déguisé certains de mes proches, ceux pour lesquels l'amour ne m'avait jamais fait défaut en redresseurs de torts, en traqueurs de chacun de mes gestes passés et voilà comment ceux que vous croyez vos alliés, ceux là qui se proclamaient vos aimés, deviennent vos ennemis pour un instant peut-être mais hélas marquant à jamais votre coeur d'une indélibile cicatrice.

Et c'est ainsi qu' une colère sans répit s'empare de mon esprit....contre moi, rien que moi et que toute l'indulgence qui me caractérisait tant pour moi semble m'avoir désertée, que le coeur à nu je ne désire qu'une chose, ne pas oublier que tout a un but. Piètre consolation quelquefois, cependant...

Moi je suis l'espoir, tout en moi me parle de demain qui est un autre jour, tout au fond de moi gronde un rire tonitruant qui dérange même ceux que j'aime, jusqu'à présent je m'en moquais mais depuis peu ma vie, cette grande magicienne invisible a encore dévoilé un pan de sa scène jusqu'ici ignorée de moi.

Pour tout vous dire, cela fait déjà trois ans environ que cette magicienne là semble me trouver un tantinet impétueuse? Sûre de moi? je ne saurais vous dire mais elle me ferait bien baver des ronds de chapeau et avaler le verre vide que jusqu'à présent je persiste à voir plein à ras bord!! Je peux vous l'assurer, apprendre n'est pas drôle quand on déguise ceux en qui vous avez confiance, quand on tronque votre quotidien et qu'on vous le fait voir à travers une fenêtre étroite, une lucarne qui vous oblige à agrandir le regard.

Donc j'avais tout faux alors? Cette question ne me ressemble guère, j'aime la vie, je ne veux croire qu'en elle, même en colère comme en ce moment j'aime à penser qu'elle me prépare un avenir radieux d'indépendance et de liberté intérieure comme je peine à l'imaginer présentement et pour cause...

Vous bâtissez sous l'égide de la fameuse vie qui vous emporte, édifiant de belles forteresses dont jamais vous n'auriez imaginé l'imposante envergure, je veux parler ici de la famille et des naissances que vous avez célébrées, des folies qui ont cimenté cette construction vous rendant plus forte de jour en jour et un jour tout doucement une fine poussière semble vous étouffer peu à peu, tout a commencé à s'effriter, vous l'ignorez encore.

Au fil des années, j'ai laissé tant de mon enthousiasme déjà, j'ai déjà tant marché comme le dit la chanson, mais aussi tant cru, rattrapé la vie par la manche et adapté tant de fois mes pas aux siens, cela n'était pas assez.

Non pas assez.

Puisque à l'heure où je vous parle, je suis éblouie et aveuglée par tant d'imposture, oui, mais qui est l'imposteur, l'autre ou moi, peut-être voudrais-je endosser le beau rôle, quoi? Vous n'en savez rien vous, bienveillance, paix, enthousiasme, folie et humour, joie en toute chose qui sont pour moi comme une seconde peau et si la vie ne les voulait pas pour moi?

Mais oui, je vous dis que j'ai déjà dû abandonner plein de fois tout ceci, je me suis éteinte, pliée en deux sous les douleurs invisibles infligées par ma faiblesse, non?

Mille fois oui, juste parce que je n'ai pas su dire dire non et que au nom de l'amour j'ai cru bon d'accepter l'inacceptable.

Et si aujourd'hui, je décidai non pas de tout reprendre, parce que ma nature profonde n'y survivrait pas mais si néanmoins je campais fermement sur mes positions désormais?

On naît tous les jours d'une petite mort, c'est le propre de la vie, plusieurs vies en une seule.