Dîtes-le moi! 

Personne n'apprend depuis petit à se faire du bien, personne, on ne nous dit pas enfin je veux dire que les parents de toujours ne disent jamais à leurs enfants, garçon ou fille peu importe, apprends donc à te faire du bien de toutes les façons qui soient. Je ne parle pas de bien manger ses légumes et de boire toute son eau minérale jusqu'à plus soif, bien que je ne sois pas contre du tout hein! Non, je parle de bonté envers soi, de se regarder sans honte dans le miroir par exemple, les yeux dans les yeux!

Moi, je me souviens que j'aimais faire çà et que du haut de mes 5 ans et demi, je savais faire la part des choses, me regarder non pas en m'apprêtant mais me regarder juste pour le plaisir de découvrir toutes les facettes de mon visage, oui moi aussi je devais m'apprivoiser, pourquoi pas? Nous sommes tous neufs  à nos yeux d'enfants non?

Faut croire que non puisque ma chère maman voyait rouge dès que je commençais cet exercice que je trouvais encore exaltant, je précise bien encore parce que c'est certain que à force de s'entendre interdire de miroir tout le jour durant sous n'importe quel prétexte et la nuit aussi sous prétexte de fantômes qui pouvaient s'y refléter, je vous jure que notre histoire à tous les deux ne pouvait que mal finir!!

Mais ma nature, oui ma véritable nature veillait et si je n'ai pas continué l'exercice de me regarder, jamais je n'ai eu peur de moi, jamais! Cela dit je reconnais avoir vécu des moments de reconstructions entre moi et moi où les miroirs étaient indispensables car la vie veille, et même si je ne savais pas qu'il fallait me choyer, j'y ai bien été contrainte dans certaines situations, fuis-toi comme tu le veux tôt ou tard tu es rattrapée!

Aujourd'hui quand je me demande quel mal il y a à me faire du bien c'est parce que quelquefois j'ai besoin de ne plus avoir peur de m'abandonner à l'autre par exemple, on a tous besoin de chaleur humaine ici sur terre mais parfois on se dit que non décidément c'est trop que de se confier 5 minutes à l'autre, je ne parle pas d'amour fou entre deux personnes et l'autorisation de s'aimer ou pas, je parle de réconfort mutuel, de gestes d'amour et d'amitié entre deux personnes en voyage ici!

La semaine dernière j'ai traversé un mauvais moment, un de ces moments où tu te demandes si le désert va durer longtemps encore, aride et sec était le paysage alentour et je me suis crue perdue un instant, cherchant mon souffle comme en apnée, c'est là précisément que j'ai touché du doigt ce manque ....de chaleur humaine en chacun de nous. Et depuis une question me hante jour et nuit, quel mal y a-t-il à vouloir du réconfort, d'un peu de chaleur humaine?

Quel mal?

Dois-je me justifier incessamment ou même "m'écraser" sous ce besoin, sous le prétexte fallacieux que se faire du bien équivaudrait à trop s'écouter et que finalement on ne peut compter que sur soi?

Mais....mais à quoi servent les autres alors?? Moi quand tu m'appelles terrassé par le chagrin, toi quand je crie seule dans la nuit, ma main quand je te l'offre généreusement? Dis-le moi!