La journée d'hier fut une de ces journées en dents de scie et j'ai failli oublier ce que j'ai découvert de bon matin au sport!

Dans ma salle de sport le matin, j'ai vu un clip pendant que je ramais qui m'a rappelée combien on pouvait oublier de s'émerveiller dans cette vie, dès l'instant où nous devons savoir ce que nous allons faire de notre vie et surtout comment nous allons nous y prendre pour ce faire, nous nous oublions me semble-t-il.

L'enfance est loin derrière nous, tous les sujets d'émerveillement qui, hier encore nous faisaient trembler d'émotion, nous semblent désormais trop terre à terre pour que parvenus à ce que nous nommons bêtement l'âge adulte nous daignions encore nous pencher vers eux.

Et pourtant si nous savions...ce que les enfants savent.

Moi, dans cette seule journée d'hier, en plusieurs fois, il m'a été donné de vérifier combien les enfants ont des pouvoirs magiques!

Tout d'abord ce clip qui m'a hypnotisée et émue, Balavoine chanté par Zaz, tous les cris des SOS, deux adultes qui se déchirent pendant que leur fils tout malheureux échaffaude un plan merveilleux afin de les rapprocher le temps d'un feu d'artifice. L'émerveillement d'un feu d'artifice est tel que l'adulte que je suis pourrait penser qu'il ne m'intéresse plus, mais c'est faux, jusqu'à présent voir le ciel embrasé par des milliers d'éclats multicolores me cloute sur place et me rend euphorique!!

Et pourtant toute la journée j'ai oublié cette histoire et puis dans  l'après-midi j'ai traversé une mauvaise passe comme tout un chacun peut connaître dans une journée et  c'est en observant les enfants à la sortie de l'école que je me suis regénérée! Le mot n'est pas trop fort, puiser dans leur énergie, dans leurs maladresses et leurs gestes innés d'enfant qui s'émerveillent pour un rien, dans leurs mots spontanés, oui me regénérer à la vue seulement de l'un d'entre eux et me reconnecter à moi enfin grâce à leur amour de la vie.

Quand je pense à moi, je pense spontanéité et rire, je pense à des mots aussi qui sont mon empreinte depuis toujours mais pourquoi spontanéité, parce que nous perdons tous cette qualité que nous possédons tous pourtant, petits! Quand je dis à mes enfants regardez le ciel, à n'importe quelle heure de la journée alors que je conduis et que les enfants sont déjà grands, je me vois comme celle qui s'émerveille encore d'un rien, pas besoin de feux de bengale hein! Mais dès que les nuages noirs apparaissent il se peut bien que comme tout un chacun, je ne prenne plus le temps de regarder les choses qui m'entourent avec la même acuité, que je n'ose plus regarder le ciel en face et ça c'est dommage!

Hier, il y a très longtemps de cela, un matin, un jour, j'ai failli m'éteindre, pliée en deux sous la souffrance, plus tard bien plus tard, je me suis en voulue de cela, je l'ai minimisée cette souffrance en me disant que je l'avais ensencée, or le travail de racommodage de mon coeur fut simplement plus long que prévu, chaque jour durant des années, j'ai puisé des forces au contact de la nature, rien qu'en regardant avidement autour de moi, les champs de cannes à sucre, le ciel aussi bleu que les montagnes quelquefois me touchait à un point que j'avais l'impression de sentir mon âme pleurer, la mer infinie, le soleil et le vent sur mon visage, tant de choses  m'ont ramenée à moi et pansé mes blessures.

Oui on peut revivre en s'émerveillant d'un rien, mon coeur à moi avait imprimé l'empreinte de la blessure, la cicatrice était trop profonde pour le laisser reprendre son rythme tout seul, tout l'Univers a alors conspiré pour me porter vers un nouveau soleil, une renaissance!

Je ne dois jamais l'oublier et m'émerveiller encore et toujours de ce miracle là en savourant chaque seconde de ma vie malgré ses aléas!