Cette expression dépendance affective m'insupporte quelque peu, mais aujourd'hui j'ai décidé de me poser cette question là?

Et pour bien comprendre ce que signifie être en dépendance affective je suis allée lire les supers articles de Maryline sur son blog Exploser d'amour!

Pourquoi? oui pourquoi cette question tout à coup?

Parce que ce matin en trouvant le courage de faire du sport, moi qui ai tellement dormi la nuit dernière, oui chez moi le sommeil n'est pas seulement réparateur il encourage la fatigue aussi, mais je m'égare là, donc ce matin pendant que je ramais en regardant par la vitre la mer qui ne scintillait pas du tout alors qu'il faisait beau, je me suis demandée si la mer comprenait mes états d'âme!!

Ouh là  là mais je me suis perdue là? 

Bon reprenons, en ce moment je suis à un carrefour de mon existence, si vous me relisez ces dernières semaines, vous allez voir que je suis devant ce carrefour depuis un bon moment déjà, hé oui mais que la décision n'est pas facile! Aussi ce matin me suis-je demandée si je n'étais pas dépendante affectivement!

Dans la salle en plein effort, j'avais déjà trouvé la bonne réponse, pour moi c'était non! Mais j'ai préféré aller lire Exploser d'amour avant de m'avancer, des fois que je me tromperais!!

Parce que si avoir envie de dire je t'aime souvent à la personne que mon coeur reconnait comme digne de mon amour c'est être en dépendance affective, alors c'est bon je le suis hein, si le dire à mon fils régulièrement ainsi qu'à mes filles, que oui je les aime follement, que je suis si heureuse qu'ils fassent partie de ma vie et tout le reste, c'est être dépendante de leur affection ou de l'affection que je ressens pour eux, je suis d'accord, je suis en dépendance affective, avec mes amies aussi, avec vous aussi, tiens, et mes parents et mon ami d'enfance??

Oui celui que je n'ose appeler que lorsque vraiment je n'en peux plus tellement j'ai peur que sa femme ne s'en offusque, c'est sûr puisque je n'ose pas c'est que je suis dépendante de lui mais que je ne l'accepte pas, voilà, peut-être bien pour lui mais sinon pour tous les autres et vous y compris j'étais prête à accepter le fait de manquer d'affection jusqu'à en être dépendante!

Sauf qu'il y avait comme un problème me suis-je dit en m'acharnant sur la presse à cuisses, oui moi quand je ne comprends pas les clés de mon existence, je m'allonge non pas sur un divan mais sur une presse, oui un machin là pour vous faire mal aux cuisses et aux jambes, vous poussez des plaques de 5 kgs et plus et hop vos cuisses sont censées se muscler pendant que vous, vous ressassez toute votre vie!! La joie quoi! Moi, ce matin, je vous jure que j'ai trouvé des réponses, en poussant mes plaques de 5kgs, tellement que j'ai pensé à Exploser d'amour!! Oui du coup j'ai décidé de venir illico ici, pour bien me documenter sur la dépendance affective!

Obsédée que j'étais par cette question là! Et il semblerait que non, je ne suis pas en dépendance affective!

Pourquoi je le sais mais parce que je le sais! Déjà je ressens beaucoup d'affection pour moi, mais oui je vous le dis, beaucoup d'indulgence pour mon parcours, je suis en expérience ici donc je ne saute pas comme une dératée à pieds joints dans la culpabilité dès que j'en ai l'occasion, ensuite je ne me changerais pour rien, RIEN au monde afin de vous plaire, vous ou quelqu'un d'autre, jamais, même si je reconnais que je suis un tantinet emmerdeuse parfois, mais il en faut!

Moi, mes bien chers lecteurs, j'aime dire je t'aime, j'aime aimer, j'ai besoin de dire je t'aime,  parfois je le reconnais, je joue à faire celle qui n'a pas besoin d'attention de l'autre mais je sais aussi lui dire, laisse tout tomber bébé et occupe toi de ta dulcinée avant qu'elle n'aille voir ailleurs!!! hahha, quoi? c'est pas comme çà Maryline? Si c'est comme çà qu'il faut dire à l'autre, j'ai besoin que tu m'aimes en retour de mon amour pour toi et si je ne t'aime plus, là c'est une autre histoire, n'est-ce pas?

Oui c'est une autre histoire dont nous parlerons lorsque je n'aimerais plus! Pour l'instant j'aime!

Je m'aime, j'aime, bref je connais bien ma conjugaison du verbe aimer et pour ne pas passer à côté de cette dépendance je vais passer en revue avec vous, les points qui pourraient faire penser que je suis une femme en dépendance affective, même pas peur!!

  1.  Renier son identité! Maryline dans son article l'a bien dit, ce n'est pas parce qu'on est accro à son homme que l'on peut décréter être en dépendance affective hein,  non pas du tout, par contre si je porte un masque en permanence pour plaire à l'autre et que je fais semblant d'être forte alors que ma seule envie c'est dêtre réconfortée et être prise dans les bras, ben je suis en recherche d'affection mais je ne le dis pas et donc je ne l'accepte pas, je suis donc quelque peu dépendante de cette affection que je nie, vous me suivez là? Or moi je vous le dis tout de suite, je suis forte, je ne fais pas semblant et même que je vais chercher l'autre si il ne veut pas, je me niche dans ses bras, sans jugement aucun sur mes faits et gestes, je ne me dis jamais mais t'es trop conne toi! Pas du tout, tout mon problème est là, je me trouve craquante en mode trop, oui TROP, de même je dis trop vite je t'aime mon amour et même que l'autre a la peur de sa vie! Oser être soi-même, voilà mon kif!!
  2. Nier ses besoins! Je l'avoue qu'il m'est arrivé de ressentir un  manque d'affection et alors? De là à dire que je l'ai nié non! J'ai discuté, j'ai laissé penser que j'allais prendre un amant, que l'affection était essentiel à mon existence et que si on n'arrêtait pas de me prendre pour un meuble ou de me crier dessus, il y en avait qui ne demandait qu'à satisfaire mes besoins en la matière! NON? Ce n'est pas tout à fait çà? Si c'est cela même, parce que sinon on se renie, on perd son identité et je sais ce que je dis, sauf que j'exagère quand je dis que j'allais prendre un amant mais bon, c'étai çà ou renier mon identité tu as dit? Ben ce fut çà! 
  3. Nier son propre jugement! Oh tu veux dire qu'elle doute, qu'elle a peur de se tromper tout le temps et qu'elle a besoin tout le temps de l'avis de ses proches!! Oh, moi mon problème c'est que j'ai une telle confiance en ma petite voix intérieure que je snobe bien parfois d'ailleurs, que je ne veux pas qu'on me conseille ni qu'on me donne un avis quelconque, pire je ne parle de mes problèmes qu'aux muets, oui j'en fréquente quelques uns, on va dire! Tu vois que je suis trop!!
  4. Cesser d'exister! Comme si je me sacrifais au profit de ceux que j'aime? Sacrifier tu as dit? Voilà un vilain mot que je ne veux pas, je peux laisser penser à travers mes écrits ici et là que oui je me donne à fond pour les miens, pour ceux que j'aime en général et que bien sûr ils ne me le rendent pas vraiment, mais encore? Tout dépend de ce que j'en attends quand je donne de moi, de ma personne. Or quand je donne c'est avec plaisir, le plaisir est un mot phare de mon existence et je ne regrette jamais ce que j'ai donné avec plaisir, dussais-je en souffrir! Oui il m'est arrivé des déboires comme tout le monde ici mais si je devais me dire que j'avais fait tout pour que ça marche et voilà ce qui m'arrivait, combien je lui en veux et tout le reste, il y aurait un problème grave!

Moi, tu me fais un truc je t'en parle, j'écris, comme toute bonne personne féminine je ressasse un peu mais de là à me glorifier de "mes sacrifices", non, je ne suis pas encore à là parce que l'autre en face, en fait, il ne s'attend pas du tout à çà, il ignore même que je me sacrifie et donc que peut-il contre cela! Moi j'existe tant, que lorsque j'arrive quelque part c'est comme si les projecteurs étaient braqués sur nous! Mais oui, je n'ai pas peur d'exister, alors si je parle de sacrifices, c'est que je me trompe de rôle non?

Alors en résumé de ce long entretien avec moi, je m'en excuse d'ailleurs, je crois que non je ne suis pas en dépendance affective et que oui j'assume mes besoins en affection, d'ailleurs je vais de ce pas me jeter dans les bras de mon meilleur ami ou de mon mari ou de je ne sais qui!! 

Ah non ce n'est pas comme çà qu'il faut agir? Ok reprenons.....